Génocide arménien : la Turquie calme le jeu

le
0
ZAPPING VIDÉO - Dans un discours au Parlement turc mardi matin, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan est resté évasif sur d'éventuelles sanctions.

Beaucoup de menaces pour rien? Depuis décembre, le gouvernement turc promettait une seconde salve de représailles contre la France si le Sénat adoptait la loi qui pénalise la négation des génocides d'une peine d'un an de prison et de 45.000¤ d'amende. Après le vote du Palais du Luxembourg lundi soir, de nouvelles sanctions d'Ankara étaient donc attendues.

Mais, lors de son allocution hebdomadaire devant les députés de son parti à l'Assemblée, mardi matin, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan n'a consacré que quelques minutes à la crise avec Paris, coincées entre les tensions entre chiites et sunnites en Irak et la mort de contrebandiers kurdes.

Des mesures seront prises contre la France «étape par étape», a-t-il déclaré, sans donner plus de précisions, si la loi est promulguée. En attendant, la Turquie fait «encore preuve de patience».

Pour le chef du gouvernement turc, inhabituellement modéré, ce texte «est de la discrimination», mais «la dignité

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant