Génocide arménien : l'appel de François Hollande

le
0

En visite en Turquie, le chef de l'État a abordé le sort des Arméniens en 1915, mais il est resté flou sur une éventuelle pénalisation du négationnisme.

François Hollande doit s'entretenir mardi après-midi avec Rakel Dink, la veuve du journaliste arménien abattu par un jeune nationaliste turc devant son journal, Agos, il y a sept ans, le 19 janvier 2007. Alors que le procès de ses assassins tourne à la mascarade, cette entrevue revêt une importance symbolique. C'est la première fois qu'un chef d'État étranger rencontre en Turquie l'épouse de cet intellectuel qui a payé de sa vie ses rêves de réconciliation entre les peuples turc et arménien. C'est aussi une façon pour le président français de maintenir la question du génocide arménien en lui faisant une place dans son programme sans froisser Ankara. Évoquée il y a de longues semaines, souhaitée par la diaspora arménienne en France, elle n'a été définitivement inscrite à l'agenda qu'au dernier moment, signe de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant