Genève : l'extrême droite rafle 30 % des sièges

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Ce n'est pas un raz-de-marée mais une très forte vague. Le Mouvement citoyens genevois (MCG), qui a fait de son combat contre les frontaliers son cheval de bataille, a encore progressé. Avec près de 20 % des suffrages, il enlève vingt sièges au Grand Conseil (le Parlement du canton de Genève) sur 100. Soit trois députés supplémentaires. Dimanche, cette croissance ne s'est pas faite, comme en 2009, au détriment de l'Union démocratique du centre (UDC), l'autre formation d'extrême droite. Avec un peu plus de 10 % des voix, celle-ci pourra compter sur 11 députés (contre 9 précédemment). Les nationalistes disposent dorénavant de 31 députés, alors que l'Entente (la droite) comptabilise 35 députés et l'Alternative (la gauche et les Verts) 34 élus. Un score qui fait dire au quotidien Le Temps que ce "vote protestataire pourrait rendre Genève ingouvernable". En effet, alors que l'extrême gauche, habituée aux querelles de clocher, se présentait habituellement en rangs dispersés et ne comptait aucun élu au Grand Conseil, cette fois, sept formations, dont le Parti du travail, Solidarités, le Parti communiste genevois, sont parties au combat unies, raflant neuf sièges. Un ministre d'extrême droite ? Pour la première fois, les Genevois étaient appelés à élire en même temps députés et ministres. Aucun candidat au Conseil d'État (gouvernement) n'ayant obtenu 50 % des suffrages, un second tour aura lieu le 10 novembre prochain. Les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant