Genève : l'extrême droite aux portes du gouvernement

le
3
Éric Stauffer (au centre) célèbre son résultat lors des élections cantonales à Genève le 6 octobre.
Éric Stauffer (au centre) célèbre son résultat lors des élections cantonales à Genève le 6 octobre.

Il a vendu des poissons exotiques, il a été mêlé à un scandale politique à l'île Maurice. Il accumule les poursuites et les déboires financiers. Il y a peu, personne n'aurait parié un franc suisse sur les chances d'Eric Stauffer, 49 ans, le fondateur de Mouvement citoyens genevois (MCG), la formation la plus xénophobe de Suisse. Mais mercredi, La Tribune de Genève a consacré une page entière au "fougueux rebelle habillé en notable", le présentant comme un possible futur ministre. Le 6 novembre dernier, les Genevois élisaient leurs députés et participaient au premier tour de l'élection des ministres. Le MCG a obtenu 20 sièges sur 100 au Grand Conseil (Parlement), devenant le deuxième parti de la cité de Calvin. Quant à l'élection au Conseil d'État (gouvernement cantonal), aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue. Eric Stauffer s'est classé huitième. Il devra gagner une place demain, pour le deuxième tour, le gouvernement genevois ne comptant que sept ministres. "Éradiquer les frontaliers" Au sein de son parti, Eric Stauffer n'est d'ailleurs pas le mieux placé. L'avocat Mauro Poggia, responsable du MCG et président de l'Association suisse des assurés, est arrivé en sixième position. Afin de mettre toutes les chances de son côté, le Mouvement citoyens genevois s'est allié avec son frère ennemi à l'extrême droite, l'Union démocratique du centre (UDC), forte de 11 députés au Parlement. Raisonnablement, les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • speedy36 le mardi 12 nov 2013 à 20:19

    grave quand meme pour une ville internationale, ouverte au monde et à toutes les idées... Genève est la ville de Voltaire et de Calvin, et par ce fait, ouverte à l'immigration... Tout vos bla bla et vos critiques sur ce phénomène, n'arrêteront pas l'immigration.... c'est la nature meme de l'etre humain, de chercher un territoire ou il se sentira libre

  • M1531771 le samedi 9 nov 2013 à 19:19

    Ils ont enfin compris que pour pouvoir préserver ses traditions il faut imposer les conditions d'entrée dans le pays, les conditions et règles de vie et surtout contrôler l'immigration !

  • LeRaleur le samedi 9 nov 2013 à 17:22

    Le canton de Genève sans les frontaliers deviendra un canton en perdition. Idem pour le 01 et le 74.