Génésio, reçu six sur six

le
0
Génésio, reçu six sur six
Génésio, reçu six sur six

Après un début de saison globalement manqué, Bruno Génésio et l'OL viennent d'enchaîner six victoires de rang. L'entraîneur lyonnais répond ainsi de la meilleure des manières à son président qui annonçait vouloir faire le point sur sa situation " après le derby ". Cette réunion se fera après une claque donnée au rival stéphanois (0-5).

" Il est trop tôt pour prendre des décisions après huit matchs. On fera le point après le derby. " Après un nul décevant ramené d'Angers (3-3) début octobre, Jean-Michel Aulas laissait un crédit supplémentaire à son entraîneur Bruno Génésio, dont la place sur le banc lyonnais paraissait de plus en plus menacée. Un mois, six matchs pour renverser la vapeur et permettre aux Gones de se relancer en championnat et en Ligue Europa après deux nuls contre Limassol (1-1) et l'Atalanta (1-1). Mis sous pression par son président, Génésio a répondu de la plus belle des manières, en enchaînant six victoires consécutives, toutes compétitions confondues (Monaco, Everton, Troyes, Metz, Everton, Saint-Étienne). Une performance que l'OL n'avait pas réalisé depuis mars 2008, année du dernier titre de champion de France fêté entre Rhône et Saône.

Génésio peut remercier Nabil Fekir


Si l'entraîneur lyonnais semble être la cible privilégiée de certains internautes sur les réseaux sociaux, il n'est en rien étranger à cette belle série. En confiant le brassard de capitaine à Nabil Fekir en début de saison, Génésio souhaitait responsabiliser son joueur, qui décevait depuis plusieurs mois, et faire ainsi de lui un véritable leader technique sur le terrain, capable d'emmener ses coéquipiers vers la victoire. Banco. Contre Monaco (premier des six matchs capitaux pour l'entraîneur de l'OL), Fekir livre une superbe prestation et offre les trois points de la victoire dans les arrêts de jeu d'un coup franc majestueux (3-2). Alexandre Lacazette parti, " Bilon ", comme il est surnommé dans le vestiaire lyonnais, doit prendre le relais. Avec onze buts inscrits en onze matchs, le meneur de jeu s'en sort pour l'instant à merveille et multiplie les gestes de soutien envers son entraîneur pour le remercier de sa confiance.

Nabil Fekir, un maillot trop grand pour lui ?

Car au contraire de Hubert Fournier, démis de ses fonctions en

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant