Genesio : « Nice peut aussi avoir peur »

le
0

A la veille du choc entre l’OL et Nice, Bruno Genesio souhaite que ses joueurs continuent sur leur lancée afin de distancer un concurrent direct. L’entraîneur lyonnais a évidemment dû répondre aux questions sur Mathieu Valbuena et Karim Benzema.

Bruno Genesio, le match aller avait été très difficile pour vous face à Nice avec cette défaite 3-0 ? J’espère que ce sera un tout autre match parce qu’on avait été archi-dominé, à part le début de match il me semble. C’est une équipe qui aime bien avoir le ballon mais qui peut aussi évoluer en contre. On l’a vu contre Rennes où ils ont marqué deux buts sur contre-attaques car ils ont des joueurs de ce profil-là. Mais aussi des joueurs qui sont capables d’être dans des phases de possession donc je pense que ça sera un match assez équilibré dans ce domaine-là. Ce match, c’est aussi l’occasion de mettre à distance un concurrent direct… Oui, c’est l’occasion de pratiquement éliminer une équipe de la course à la deuxième et troisième places parce que ça fera cinq points d’avance si on les bat. Mais pour les battre, il faudra être au top comme on l’a été sur les derniers matchs. Il y a-t-il un plan précis pour contrer Hatem Ben Arfa ? Hatem, c’est un grand joueur qui est capable de changer la face d’un match à lui tout seul comme Ronaldo l’a fait contre Wolfsburg. Je ne dirais pas qu’il fait peur mais c’est un plus dans une équipe. On va réduire son champ d’action surtout offensivement mais aussi contrarier cette équipe collectivement et, plus important, jouer notre jeu. Nice peut aussi avoir peur en voyant notre jeu ces derniers matchs. Il faudra être performant quand on n’aura pas le ballon pour bien défendre mais je vais surtout insister sur ce qu’on doit bien faire pour mettre en danger cette équipe-là.

Genesio et le cas Valbuena

Dans la dynamique actuelle, cela change-t-il quelque chose d’avoir déjà la deuxième place ? On sait que ce seront les équipes les plus solides mentalement qui vont aller au bout. Ce qui change, c’est qu’on ne dépend que de nous et c’est quand même un avantage psychologique sur nos concurrents mais ça ne nous donne pas l’assurance de terminer deuxième à l’issue de la 38eme journée. Il reste cinq matchs, c’est beaucoup. Il peut se passer encore beaucoup de choses. Il faudra garder nos principes, nos vertus qui nous ont permis de revenir là où on est aujourd’hui. En quoi appréciez-vous le travail de Maxwell Cornet ? Pourquoi vous le titularisez ? Parce qu’il marque des buts, qu’il structure l’équipe et parce qu’il est performant tout simplement. Il prend la profondeur. Regardez ses stats athlétiques sur les dix derniers matchs pour un attaquant et vous comprendrez peut être mieux pourquoi je le titularise. Mathieu Valbuena aurait fait part de ses états d’âme. N’est-ce pas dur de gérer cette fin de saison avec l’Euro qui approche ? Je l’ai déjà dit : c’est le lot des grands clubs. Lyon fait partie des grands clubs. On se doit de faire des choix, de les assumer en ce qui concerne l’entraîneur ou le staff. Et concernant les joueurs, on se doit de les accepter. C’est la règle du jeu. Il y a des avantages à jouer dans un grand club et d’autres choses plus difficiles à vivre. Après, bien évidemment, je peux comprendre que c’est difficile, difficile à accepter pour certains de ne pas jouer ou peu jouer. Mais heureusement qu’ils ne l’acceptent pas, ça montre que ce sont des compétiteurs mais je veux que ça reste un degré de motivation supplémentaire et non pas des états d’âme individuels qui peuvent nuire au collectif.

« Je ne fais pas mon équipe par rapport à Deschamps »

Vous êtes-vous entretenu avec Mathieu Valbuena ? Ça reste entre nous, je n’ai pas à vous dire si on s’est entretenu et la teneur de notre entretien s’il y en a eu un. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai rien à lui reprocher dans son travail : il est professionnel. Maintenant, il rentre dans une concurrence avec d’autres joueurs à l’Olympique Lyonnais et c’est l’unique raison pour laquelle il n’a pas débuté les derniers matchs. Je ne fais pas mon équipe par rapport à Karim Benzema ou Didier Deschamps. Justement, un mot sur la décision de la FFF de ne pas rendre Benzema sélectionnable ? Je n’ai pas à envie de m’exprimer là-dessus. Il y a des décisions qui ont été prises par des responsables. Je n’aime pas m’occuper des autres, je m’occupe de mon équipe, de mon club. Après ce qu’il se passe en équipe de France ou dans les autres clubs, ça ne me regarde pas. Pensez-vous qu’ils ont voulu frapper fort auprès des joueurs ? Oui, je pense que c’est certainement le message qu’ils ont voulu faire passer à tout le monde. Ce qui est un peu dommage c’est que, pour l’instant, Karim (Benzema) n’est pas condamné dans cette histoire et peut-être que cette décision aurait pu être prise plus tard.

Lacazette à l’Euro ? Genesio dit oui

La France est-elle meilleure avec Benzema ou sans ? Très bonne question... Karim fait partie des meilleurs attaquants du monde, il joue au Real Madrid depuis sept ans donc évidemment qu’on pourrait dire que l’équipe de France serait meilleure avec Benzema. Sur la qualité du joueur, c’est évidemment un atout en moins. L’absence de Karim Benzema redonne-t-elle de l’espoir à Alexandre Lacazette ? Peut-être mais pour moi il a été reboosté depuis le mois de janvier. Il a quand même marqué dix buts. Dans le contenu dans ses matchs, il a fait de grandes choses. Il est dans la continuité de ce qu’il fait depuis janvier. Mais peut-être que l’absence de Karim (Benzema) peut lui offrir une chance supplémentaire de participer à l’Euro, ce qu’il mériterait. Propos recueillis à Lyon par Anthony Ravas
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant