Génération hashtag: les natifs d'internet font naître de nouvelles industries culturelles

le
0
Génération hashtag: les natifs d'internet font naître de nouvelles industries culturelles
Génération hashtag: les natifs d'internet font naître de nouvelles industries culturelles

Ils sont nés avec internet et bouleversent les modes de consommation culturelle: la "génération hashtag" fait éclore de nouvelles oeuvres 100% numériques qui obligent les industriels du secteur à se réinventer, souligne une étude internationale.Après une première transition numérique, qui a vu le passage au digital des supports physiques (films, jeux, livres ou albums de musiques à télécharger), apparaissent des formats nouveaux, conçus directement pour le numérique, note cette enquête menée par le cabinet Bain & Company auprès de 7.000 personnes de plus de 15 ans, dans neuf pays.Ces nouveaux formats, des oeuvres courtes, participatives, qui se popularisent via les réseaux sociaux, séduisent surtout les plus jeunes, qui n'ont presque pas connu les supports analogiques: musique en streaming, vidéos, jeux et livres en formats courts, purement numériques.Parmi les pionniers, l'étude cite King Digital Entertainment, l'éditeur de Candy Crush, Maker Studios, le plus gros réseau mondial de chaînes YouTube, la plateforme de musique en ligne Spotify, la nouvelle plateforme vidéo Twitch ou encore Netflix, leader de la vidéo en streaming. Amazon expérimente des "Kindle Singles", des livres électroniques courts à mi-chemin entre articles et nouvelles. Les internautes veulent ainsi des vidéos de plus en plus courtes: aux Etats-Unis, leur durée moyenne de visionnage est descendue à moins de 4 minutes.Les formats longs, premium (exclusifs) et téléchargés à l?unité, introduits par iTunes, Hulu ou Amazon, font eux partie de la première génération de la transition numérique. -'Modèle économique fragile' Les succès futurs des industries culturelles reposent sur la capacité des créateurs, des managers et des ingénieurs à comprendre cette génération pour la satisfaire et la surprendre, estime l'étude.Un bémol, les modèles économiques de ces nouveaux acteurs du culturel sont fragiles. L'éditeur de jeux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant