Génération 87, les dessous de l'épopée de 2004

le
0
Génération 87, les dessous de l'épopée de 2004
Génération 87, les dessous de l'épopée de 2004

Douze ans plus tard, c'est encore la génération tricolore qui cristallise l'attention. Une bande de gamins nés en 1987, insouciants et pétris de talent, qui devenait en 2004 championne d'Europe des moins de dix-sept ans. Derrière le quatuor Ben Arfa-Ménez-Nasri-Benzema, il y avait une vie de groupe. Des moments mémorables, aussi. Récit de l'intérieur d'un succès au prestige encore intact.

Ses traits sont juvéniles, sa coiffure quelque peu échevelée mais son regard traduit déjà une détermination palpable. Samir Nasri n'a pas encore 17 ans en ce printemps 2004 quand il caresse le doux rêve de trôner sur le toit de l'Europe. Mais ce 12 mai 2004, à l'occasion des demi-finales de l'Euro U17 contre le Portugal, les organismes des Bleus apparaissent éprouvés à la mi-temps après l'ouverture du score de Pereira. Steven Thicot, le capitaine tricolore, est lui prostré dans les couloirs du Stade des Allées. Comme estourbi par la tournure des événements. "Avant le tournoi de l'Euro, Nasri me disait qu'il avait rêvé qu'on allait gagner l'Euro et qu'il marquait le but vainqueur. Il me répétait tout le temps ça !"Stevn ThicotRefusant d'abdiquer et animé d'un souffle presque inexplicable, son jeune coéquipier marseillais lui récite encore et encore sa prophétie. "J'étais triste à la sortie du vestiaire parce qu'on venait de faire une première période qui n'était pas bonne du tout par rapport à ce qu'on était en train de réaliser depuis le début du tournoi, assure avec conviction, douze ans plus tard, l'actuel joueur du CD Tondela. Puis Nasri me dit : “Arrête de faire cette tête. Je te l'ai dit sur la tête de mes deux petits frères jumeaux, je vais te faire gagner l'Euro et on va battre le Portugal. Arrête d'avoir peur comme ça !” Avant le tournoi de l'Euro, Nasri me disait qu'il avait rêvé qu'on allait gagner l'Euro et qu'il marquait le but vainqueur. Il me répétait tout le temps ça !"

Yahiaoui défend la génération 87
Une certitude serinée à tout-va, répétée à l'envi. Et qui va devenir réalité. En seconde période, l'Équipe de France, portée par Nasri, Ménez et Ben Arfa, broie la Selecção. Trois jours plus tard, en finale, c'est la Roja de Fàbregas et Piqué qui est emportée à son tour (2-1). Sur un dernier but du gamin du quartier de la Gavotte-Peyre, comme annoncé. L'acmé d'une épopée hors du commun encore ancrée dans toutes les mémoires. "Par-dessus tout, c'était surtout une bande de potes, souffle en préambule Benoît…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant