General Motors se dit optimiste sur ses relations avec Peugeot

le
0
GENERAL MOTORS SE DÉCLARE OPTIMISTE SUR SES RELATIONS AVEC PEUGEOT
GENERAL MOTORS SE DÉCLARE OPTIMISTE SUR SES RELATIONS AVEC PEUGEOT

DETROIT (Etats-Unis) (Reuters) - General Motors s'est déclaré mercredi optimiste sur ses relations avec son allié PSA Peugeot Citroën en Europe, et évoqué des opportunités communes en Russie, répondant ainsi aux interrogations sur les ambitions de l'alliance.

Dan Akerson, directeur général du constructeur américain, a précisé à la presse que GM et PSA devaient avant tout s'occuper de redresser leurs propres activités, mais que l'alliance constituait un élément positif pour les deux groupes.

GM voit aussi des opportunités de coopération avec le constructeur français en Russie et en Amérique du Sud, a-t-il ajouté. C'est la première fois que le marché russe est cité comme une piste de travail commune pour les deux groupes.

"Dans un communiqué publié le 20 décembre dernier, nous avions signalé que notre alliance était à la recherche d'opportunités en Amérique latine ainsi que sur d'autres marchés. La Russie fait partie de ces marchés", a commenté Jean-Baptiste Mounier, porte-parole de PSA.

"Cela illustre le fait que c'est une alliance à visée mondiale", a-t-il ajouté.

Depuis l'annonce fin février d'une alliance à la vocation mondiale affichée, les observateurs s'interrogent sur les ambitions du tandem en raison des nombreuses difficultés que rencontrent leurs activités respectives sur un marché européen sinistré.

Mi-novembre, des sources proches du dossier avaient dit à Reuters que les deux partenaires avaient revu à la baisse leurs ambitions communes, échaudés par la complexité du dossier en Europe et par l'intervention de l'Etat en France aux côtés de Banque PSA Finance. .

Après avoir exclu la Chine du périmètre de leur partenariat, les deux partenaires ont tenu en avril dernier des propos contradictoires sur la possibilité de travailler ensemble en Inde.

Fin octobre, ils ont confirmé quatre programmes communs de véhicules, mais pas leur projet initial pour l'Amérique latine. Deux mois plus tard, un des programmes de voiture -les grandes berlines- disparaissait de la feuille de route, tandis que le projet commun de véhicule en Amérique du Sud refaisait surface.

Quant à la coentreprise commune dans les achats, elle se voit désormais limitée à l'Europe alors qu'elle affichait initialement des ambitions mondiales.

Dan Akerson, qui a noté par ailleurs que l'Allemagne semblait glisser vers la récession, a rappelé que l'industrie automobile en Europe devait adapter sa production à la demande. Il a également estimé que vers 2025-2030, l'Inde pourrait représenter un potentiel de croissance similaire à celui de la Chine aujourd'hui.

PSA a clôturé en hausse de 1,58% à 6,31 euros à la Bourse de Paris.

Juliette Rouillon pour le service français, avec Gilles Guillaume et Catherine Monin, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant