General Electric va supprimer 12.000 emplois dans le monde

le
0

Engagé dans une cure d'austérité, le groupe américain a annoncé un vaste plan de suppression de postes dans sa branche Energie (GE Power), jeudi 7 décembre. La plupart des départs auront lieu en dehors des États-Unis.

12.000 postes vont disparaître chez le géant américain de l'électricité GE. Le groupe prévoit de se serrer la ceinture afin d'économiser 3,5 milliards de dollars jusqu'en 2018. Ces coupes budgétaires, qui se feront majoritairement en dehors des États-Unis, toucheront aussi bien les personnels spécialisés que les services de production.

"Cette décision est pénible mais nécessaire pour que GE Power puisse réagir au ralentissement du marché de l'énergie, qui génère moins de volume tant pour les produits que dans les services", a justifié Russell Stokes, le patron de GE Power, jeudi 7 décembre à l'annonce des suppressions de postes. Pour le moment, on ignore où auront lieu ces départs. GE Power inclut toutefois le pôle Energie du fleuron industriel français Alstom, racheté en 2015.

21% D'EFFECTIFS EN MOINS

L'an dernier, GE Power a généré un chiffre d'affaires de 27 milliards de dollars. Le groupe employait environ 57.000 personnes en début d'année, soit 19,3% des 295.000 salariés que compte General Electric. En supprimant 12.000 emplois, GE Power réduit ses effectifs de 21%.

Les marchés de l'énergie traditionnel, notamment le gaz et le charbon, connaissent un ralentissement : les volumes ont baissé de façon significative, à la fois pour les produits et pour les services, en raison de surcapacités, d'un faible taux d'utilisation et du développement des énergies renouvelables notamment. Le groupe allemand Siemens, rival de GE, a annoncé pour sa part le mois dernier qu'il allait supprimer 6.900 emplois principalement dans sa branche énergie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant