General Electric va créer un centre de moteurs turbo en Europe

le
1

WASHINGTON, 17 septembre (Reuters) - General Electric GE.N a annoncé jeudi son intention de créer en Europe un centre de développement de moteurs à turbopropulsion, ce qui se traduirait par 500 à 1.000 créations d'emplois, en raison de la disparition des soutiens aux exportations aux Etats-Unis. Le conglomérat industriel américain précise qu'il s'agirait d'un investissement de plus de 400 millions de dollars (353 millions d'euros). Il compte aussi investir 55 millions de dollars au Brésil pour y construire un nouveau centre d'essai pour moteurs. Pour cette même raison, liée à la décision du Congrès américain de faire disparaître l'Export-Import Bank, GE a déjà annoncé mardi le transfert de 500 postes de ses activités de production de turbines électriques des Etats-Unis vers l'Europe et la Chine, dont 400 en France. ID:nL5N11L39V L'aile la plus conservatrice de la majorité républicaine du Congrès américain assimile les services rendus par l'ExIm Bank (créée en 1934 sous la présidence de Franklin Roosevelt) à de l'"assistanat d'entreprise" et à du "capitalisme de copinage", ce qui l'a conduite en juin à refuser de renouveler son autorisation de fonctionnement. GE explique qu'il est candidat à des projets internationaux dans l'énergie représentant un total de 11 milliards de dollars et nécessitant des financements par des agences de crédit à l'export. Le groupe américain s'est engagé à créer un millier d'emplois en France après le rachat de la branche énergie d'Alstom ALSO.PA , une promesse faite dans le cadre des discussions avec les autorités françaises. L'opération a obtenu la semaine dernière le feu vert définitif de la Commission européenne. ID:nL5N11E382 (Susan Heavey et David Lawder; Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 17 sept 2015 à 14:54

    ce ne sera pas en France socialiste , trop de taxes