General Electric s'engage à faire croître l'emploi en France

le
0
GENERAL ELECTRIC S'ENGAGE SUR L'EMPLOI EN CAS DE RACHAT DE LA BRANCHE ÉNERGIE D'ALSTOM
GENERAL ELECTRIC S'ENGAGE SUR L'EMPLOI EN CAS DE RACHAT DE LA BRANCHE ÉNERGIE D'ALSTOM

PARIS (Reuters) - General Electric s'est engagé auprès de François Hollande à faire croître le nombre de ses emplois en France en cas de rachat de la branche énergie d'Alstom, selon une lettre envoyée au chef de l'Etat par le PDG du groupe américain.

La publication de cette lettre intervient alors qu'Alstom a réuni mardi un conseil d'administration pour examiner une offre de rachat de la part de General Electric (GE) et après les déclarations de Siemens, qui s'est dit prêt à faire une contre-proposition à condition de disposer d'un mois étudier en profondeur la situation du français.

"Nous nous engageons à faire croître le nombre de nos emplois en France, particulièrement les emplois hautement qualifiés dans l'ingénierie et de la production localisés en région", écrit le PDG de GE Jeffrey Immelt dans un courrier dévoilé par Les Echos et authentifié par le groupe américain.

GE s'engage également à implanter en France les sièges mondiaux des activités des réseaux d'électricité (Grid), de l'hydroélectricité, de l'éolien en mer et des turbines à vapeur.

Le groupe américain se dit aussi soucieux de "collaborer avec l'Etat, Areva et EDF afin de protéger (le secteur du nucléaire) et de préserver ses exportations".

Il pourrait en outre étudier "toute proposition d'acquisition de la part d'investisseur français" pour les activités d'éoliennes d'Alstom et faire entrer des partenaires français au capital de l'activité hydroélectrique.

Alors que l'Etat s'inquiète aussi de l'avenir de l'activité ferroviaire du constructeur du TGV, le groupe américain ajoute qu'il a décidé d'étudier avec le groupe français "la possibilité de créer une joint-venture avec l'activité mondiale de signalisation de GE, accompagnée d'une partenariat technologique".

"GE et Alstom sont complémentaires à de nombreux égards, en particulier sur les plans technologique et géographique, et nos activités respectives présentent très peu de recoupements", fait valoir Jeffrey Immelt.

"Grâce aux activités d'Alstom que nous envisageons d'acquérir, notre objectif est de donner naissance à un leader mondial de l'énergie en France (...)."

(Benjamin Mallet, édité par Matthieu Protard)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant