Gene Haas se donne cinq ans pour réussir

le
0
Nouvel entrant en F1 à l'horizon 2016, Gene Haas ne s'attend pas à des miracles lors de l'arrivée de son écurie dans le Championnat du monde. Il compte apprendre des erreurs des autres écuries dans les cinq premières années avant d'espérer jouer les premiers rôles.

Gene Haas compte réussir là où tant d'autres ont échoué : réussir en Formule 1 avec une écurie créée de toutes pièces. Détenteur d'une licence pour courir dans la discipline reine du sport automobile dès 2015, l'entrepreneur américain, déjà co-propriétaire d'une équipe en NASCAR, a fait part dans un entretien à CNN de ses aspirations et de ses ambitions à un peu plus d'un an du lancement de la première écurie nord-américaine de F1. Sa première ambition, c'est de faire connaître au niveau mondial son entreprise de machines-outils. « Si je peux réussir un milliard de dollars de plus au niveau ventes, nous paierons pour tout ce que la F1 peut nous coûter, a affirmé Gene Haas dans l'émission The Circuit sur CNN. Quelques équipes dépensent un demi-milliard, d'autres dépensent 50 millions par saison. Nous devrions nous situer quelque part entre les deux. Une simple association avec la Formule 1 fait passer une marque de quasiment inconnue à la stratosphère. » Et Gene Haas est conscient de cela car Haas Automation, son entreprise, est sponsor de la Scuderia Ferrari depuis la mi-saison. Un accord qui a devancé celui faisant de Ferrari un des principaux fournisseurs du Haas F1 Team. Le train arrière de la monoplace américaine sera fourni par Maranello dès 2016.

Gene Haas veut réussir là où HRT s'est cassé les dents, là où Caterham a essayé mais pourrait rapidement disparaitre, là où Marussia a dû croire en un miracle pour marquer ses premiers points cette saison avec Jules Bianchi. « Je pense que leur plus gros problème a été d'essayer d'être sur la grille de départ aussi rapidement, analyse Gene Haas. En ce qui nous concerne, nous voulons être sûrs que, avant que les voitures fassent leurs premiers tours de roue en janvier 2016, notre châssis soit assemblé en novembre. Nous allons dépenser le temps nécessaire pour faire en sorte que nous ayons les bonnes pièces, le bon équipement pour le garage, la bonne logistique, les bon containers, avoir tout ce qui nous amènera à la course. » Plus que tout, Gene Haas espère avoir les bons partenaires pour son entrée en F1, et s'il compte sur l'expérience de la gestion de son équipe de NASCAR, le partenariat technique avec Ferrari sera la pierre angulaire de son projet. « Ferrari voulait aller plus loin qu'un simple accord de fourniture moteur et ils vont nous aider à mettre au point les structures de base de la voiture. C'est un honneur de voir Ferrari nous aider de la sorte, et nous prenons toute l'aide qu'ils peuvent nous apporter car nous ne pouvons pas avoir mieux que Ferrari à nos côtés. »

Un pilote américain dans une F1 américaine ? « Nous aimerions le faire »

La F1 n'est pas ce qu'il y a de plus populaire aux Etats-Unis, même si le retour du Grand Prix national à Austin aide à regagner le c½ur des Américains depuis 2012. Il n'y a pas de pilote US en F1 depuis le départ de Scott Speed, qui était chez Toro Rosso. Ce vide pourrait être provisoirement comblé par Alexander Rossi, bien placé pour prendre le baquet laissé libre par la force des choses par Jules Bianchi chez Marussia. Gene Haas est conscient que l'addition d'une F1 américaine avec un pilote américain pourrait changer les choses. « Je vous le dit, en ce qui concerne l'intérêt des médias américains pour la F1, cela serait comme faire un Home Run ! annonce un Gene Haas enthousiaste. Nous aimerions le faire mais c'est sans doute un peu trop tôt d'essayer de prédire cela. Ce serait génial d'avoir les Américains derrière nous, ce serait un boost incroyable pour nous. » En ce qui concerne les débuts de son écurie en 2016, Gene Haas ne s'attend pas à des miracles, il se donne même le temps de réussir à moyen terme. « Les cinq premières années, il ne sera question que de survie. Je n'ai pas l'ambition d'y aller pour gagner des championnats. Si nous parvenons à remporter une course en cinq ans, ce serait un incroyable succès. » Mais il ne faudra pas compter sur Gene Haas pour abandonner rapidement, il compte bien s'imposer en F1 un jour, quand tout sera bien en place. « J'ai toujours eu la sensation, l'attitude de me dire que je peux toujours faire un petit peu mieux. Simplement, je n'abandonne jamais et je continue d'essayer encore et encore et encore. Si vous continuez à faire quelque chose suffisamment longtemps, vous apprenez comment le faire et je ne pense pas que ce soit différent en F1. C'est juste un défi, sans doute le plus grand défi de ma carrière mais ne je doute pas du fait que je peux y arriver. Il ne faut pas abandonner. » On ne peut que souhaiter bonne chance à Gene Haas dans ce projet incroyable, que beaucoup considèrent comme fou...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant