Gemalto relève ses prévisions pour 2017 malgré une baisse du bénéfice net

le
0
Gemalto relève ses prévisions pour 2017 malgré une baisse du bénéfice net
Gemalto relève ses prévisions pour 2017 malgré une baisse du bénéfice net

Le spécialiste français de la sécurité numérique Gemalto, numéro un mondial de son secteur, a relevé jeudi ses prévisions pour 2017 de 10% grâce notamment à l'acquisition de SafeNet, malgré un bénéfice net en baisse de 14% en 2014.Pour l'année en cours, Gemalto anticipe une "progression régulière du résultat annuel des activités opérationnelles", qui devrait grimper en 2017 à plus de 660 millions d'euros, soit plus que les 600 millions initialement annoncés, note le groupe dans un communiqué en mettant en avant l'impact positif du rachat de l'américain SafeNet, spécialiste de la protection des données et des logiciels.La société a par ailleurs relevé de 11% son dividende au titre de l'exercice 2014.Peu après l'ouverture de la Bourse de Paris, l'action perdait 1,66% à 71 euros.Gemalto, qui a récemment été secouée par la révélation de plusieurs attaques informatiques menées à son encontre en 2010 et 2011 par les services de renseignement américain et britannique, a confirmé que cette affaire n'aurait pas d'impact significatif sur ses comptes. "Personne n'a demandé de rappel de cartes" et "ce n'est pas notre intention de poursuivre ni le gouvernement américain ni le gouvernement anglais car ce sont des batailles très aléatoires, très longues et très coûteuses", a expliqué le directeur général de l'entreprise Olivier Piou.Le résultat net du groupe s'est élevé à 220,65 millions d'euros l'an dernier contre 257,9 millions d'euro en 2013. Le résultat net de ses activités opérationnelles, retenu comme indicateur de performance par le groupe, a toutefois augmenté de 10% à 383 millions d'euros, conformément aux objectifs de Gemalto. La différence est liée aux coûts considérés comme exceptionnels du chevauchement technique de deux plans d'actions gratuites distribuées aux salariées et du redéploiement aux Etats-Unis d'équipes basées notamment en Allemagne, a expliqué M. Piou à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant