Geert Wilders jugé aux Pays-Bas pour incitation à la haine

le , mis à jour le
0
 (Lire au 3e paragraphe que Wilders est passible d'une peine 
maximale de deux ans de prison, et non d'un an) 
    AMSTERDAM, 31 octobre (Reuters) - Le dirigeant d'extrême 
droite Geert Wilders comparaît à partir de lundi devant une 
juridiction néerlandaise pour répondre d'incitation à la haine 
et de discrimination. 
    Le parti pour la Liberté de Geert Wilders, au programme 
anti-immigration et islamophobe, est donné par les sondages au 
coude à coude avec le parti conservateur du Premier ministre 
Mark Rutte en vue des élections législatives du 15 mars 
prochain. 
    Geert Wilders, qui a prévenu vendredi qu'il n'assisterait 
pas au procès qu'il juge politiquement motivé, risque une amende 
susceptible d'atteindre 7.400 euros et une peine maximale de 
deux ans de prison pour ses propos tenus début 2014. Il avait 
alors demandé à ce qu'il y ait "moins de Marocains" aux 
Pays-Bas.   
    Déjà poursuivi pour incitation à la haine raciale en 2011 
pour avoir demandé l'interdiction du Coran et l'expulsion des 
"criminels" marocains, il avait bénéficié d'un non-lieu. 
    Les Marocains représentent environ 2% de la population 
néerlandaise, estimée à 17 millions d'habitants. 
    Selon Geert Wilders, ils sont sur-représentés parmi les 
bénéficiaires des prestations sociales et parmi les délinquants. 
Il les accuse de ne pas s'être intégrés après leur arrivée aux 
Pays-Bas dans les années 1960. 
    La décision des juges est attendue pour décembre. 
 
 (Anthony Deutsch, Nicolas Delame et Tangi Salaün pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant