Gecina Natixis, premier actionnaire de fait

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - L'interminable feuilleton de l'actionnariat espagnol de la grande foncière française connaît un nouveau rebondissement : la mise en faillite des sociétés espagnoles Alteco et MAG Import appartenant aux deux grands actionnaires espagnols de Gecina, Joaquin Rivero (16%) et Juan Soler (15%). Le crédit de 1,6 milliard d'euros fourni par un syndicat de treize banques n'aurait pas été renouvelé du fait du refus d'un seul établissement : le français Natixis, créancier de J. Rivero pour 142 millions d'euros et de Juan Soler, pour 124 millions.

L'ensemble des banques créancières de Alteco et MAG Import avaient décidé de renouveler le crédit syndiqué qu'elle leur avait accordé, sauf une, Naxitis, selon l'édition du 3 octobre du quotidien espagnol. La banque française, qui est avec Banco Popular, la banque la plus grande créancière des deux actionnaires de Gecina, a pris acte que l'une des trois conditions du renouvellement du crédit syndiqué n'avait pas été remplie, à savoir la levée de la saisie par la justice française des dividendes versés par Gecina. Cette décision remonte à l'ouverture d'une plainte pour conflits d'intérêts, il y a quatre ans, contre Joaquin Rivero, qui alors qu'il était président de Gecina avait fait racheter entre autres une société espagnole lui appartenant (Bami).

El Pais fait remarquer que Natixis devient de fait le premier actionnaire (31%) de Gecina, puisque les titres de la foncière lui servaient de garantie de ses engagements dans les deux sociétés espagnoles faillies. Les autres banques du syndicat avaient, elles, pris le contrôle du premier actionnaire, lui aussi espagnol, de Gecina, Metrovacesa (26,8%).

Restez à l'écart du titre de cette foncière au très beau patrimoine mais à l'actionnariat très instable.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant