GE prend note du décret du gouvernement français

le
4
GE DIT "PRENDRE NOTE" DU DÉCRET DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS
GE DIT "PRENDRE NOTE" DU DÉCRET DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - General Electric a déclaré jeudi "prendre note" du décret de l'Etat sur la protection des intérêts stratégiques de la France dans les entreprises françaises et défendu son projet de reprise des activités énergie du groupe Alstom.

"Notre projet industriel est bon pour Alstom, pour ses employés et pour la France", souligne le groupe américain dans un bref communiqué.

"Notre projet est de bâtir une entreprise leader mondiale dans le secteur de l'énergie, avec quatre sièges basés en France, tout en préservant et en créant des emplois", ajoute-t-il.

"Nous reconnaissons l'importance du secteur de l?énergie pour la France, et nous poursuivrons nos discussions constructives avec le gouvernement", dit encore le groupe américain.

L'Etat français s'est doté jeudi d'une nouvelle arme pour négocier dans le dossier Alstom, dont la branche énergie est convoitée par General Electric, avec un décret forçant tout acquéreur à obtenir son autorisation.

(Jean-Michel Bélot, édité par Gilles Guillaume)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicog le jeudi 15 mai 2014 à 11:27

    Décret de protection = 1ère bonne mesure du gouv depuis 2 ans. Rien n'interdit un partenariat Als/GE à parité sur un projet ciblé.

  • ppsoft le jeudi 15 mai 2014 à 11:04

    Alstom est bénéficiaire.

  • M9646970 le jeudi 15 mai 2014 à 11:01

    Ok, et maintenant?On en fait quoi d'Alstom?

  • ppsoft le jeudi 15 mai 2014 à 10:57

    Pour une fois qu'on a une mesure qui va dans le bon sens, c'est très bien. Mais cette mesure ne produira pas les effets positifs espérés si elle ne s'accompagne pas de plus grandes ambitions de reconquête de notre souveraineté, à commencer par la dénonciation des traités européens (art. 63 TFUE) et un rejet du système monétaire actuel qui porte dans son ADN la guerre et de la misère, car basé sur le crédit et la dette. On a besoin d'hommes d'Etat, pas d'hommes politiques.