GE porté par l'énergie et l'aéronautique au 4e trimestre

le
0
L'ÉNERGIE ET L'AÉRONAUTIQUE DOPENT LE BÉNÉFICE DE GENERAL ELECTRIC
L'ÉNERGIE ET L'AÉRONAUTIQUE DOPENT LE BÉNÉFICE DE GENERAL ELECTRIC

(Reuters) - General Electric a annoncé vendredi une hausse de son chiffre d'affaires trimestriel légèrement supérieure aux attentes, soutenue par ses activités d'équipements pour le secteur de l'énergie et de réacteurs d'avions, en précisant que son carnet de commandes avait inscrit un nouveau record.

Le conglomérat industriel américain, qui cherche à réduire sa dépendance au secteur financier et à revenir à ses origines industrielles, souligne que ses bénéfices ont augmenté dans six de ses sept grandes divisions.

Au quatrième trimestre, le bénéfice net a atteint de 4,2 milliards de dollars (3,1 milliards d'euros), soit 41 cents par action, contre 4,01 milliards (38 cents/action) un an auparavant.

"Nous avons observé de bonnes conditions dans les marchés de croissance, de la vigueur aux Etats-Unis et un environnement mitigé en Europe", a déclaré le directeur général, Jeff Immelt.

L'action GE perdait toutefois 2,6% vers 15h00 GMT à la Bourse de New York alors que l'indice Dow Jones gagnait 0,06%.

Le groupe explique que la réduction de ses coûts a été plus rapide que prévu en 2013 et il entend les réduire d'un milliard de dollars supplémentaires cette année.

"C'est grâce aux réductions de coûts qu'ils ont réussi leur trimestre", a déclaré Tim Ghriskey, directeur des investissements de Solaris Asset Management, qui possède des actions GE. "Mais arrivera un moment où les réductions de coûts vont s'épuiser."

Le chiffre d'affaires a progressé de 3,1% à 40,38 milliards de dollars sur octobre-décembre, soit environ 160 millions de plus qu'attendu par le marché.

Le chiffre d'affaires de la division pétrole et gaz, la quatrième du groupe par la taille mais la plus dynamique l'an dernier, a bondi de 17% et celui de la branche aéronautique, la deuxième, a progressé de 13%.

Le carnet de commandes de l'ensemble du conglomérat a quant à lui augmenté de 16% à 244 milliards de dollars.

Sur l'ensemble de l'année écoulée, GE a raté "d'un cheveu" son objectif d'augmentation des marges des activités industrielles, a noté Jack Degan, d'Harbor Advisory.

De fait, la marge des activités industrielle a progressé de 0,66 point en 2013 alors que le groupe visait une hausse de 0,7 point.

En Bourse l'action GE a gagné 31% sur l'année écoulée, une performance supérieure à celles du Dow Jones et du Standard & Poor's-500.

Lewis Krauskopf et Ernest Scheyder; Juliette Rouillon et Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant