GDF Suez veut se développer dans l'hydrolien en France

le
0

PARIS (Reuters) - GDF Suez va se positionner dans le secteur de la production d'électricité d'origine hydrolienne en France, avec deux projets en cours d'étude.

A travers sa filiale Eole Generation, l'énergéticien français étudie l'installation de turbines sous-marines dans deux zones de forts courants marins, en Bretagne et en Basse-Normandie, a-t-il indiqué dans un communiqué publié mercredi.

En 2015, un premier parc pilote de 3 à 6 machines produites par l'allemand Voith Hydro, d'une puissance totale de 3 à 12 mégawatts (MW), verrait le jour sur le site prometteur du Raz Blanchard, dans la Manche. Si l'expérience s'avérait concluante, elle pourrait conduire à l'installation d'une centaine d'hydroliennes.

Le passage du Fromveur, dans le Finistère, également sujet à de forts courants marins, a lui aussi été sélectionné par GDF Suez pour y installer un autre parc à l'horizon 2016.

Le Raz Blanchard et le passage du Fromveur concentrent à eux seuls 80% du potentiel d'exploitation des courants marins en France, selon des données de l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer).

Entièrement renouvelable, l'énergie hydrolienne présente aussi l'avantage comparatif, notamment par rapport aux éoliennes, d'avoir des niveaux de production très prévisibles car liés au mouvement régulier des marées.

En cherchant à s'installer sur ce segment, GDF Suez vient directement concurrencer son rival EDF, qui a installé fin août 2011 au large de l'île de Bréhat (Côtes d'Armor) la première hydrolienne au monde fin août 2011, construite par la société irlandaise OpenHydro.

Les sites d'intérêt français, très localisés, devraient ainsi faire l'objet d'une forte concurrence. Les chantiers navals DCNS, associés à EDF sur le projet de Bréhat et actionnaires d'OpenHydro ont en effet déjà réalisé une étude de faisabilité sur la zone du Raz Blanchard.

DCNS a en outre signé en mars une convention avec les Ports Normands pour l'installation à Cherbourg à l'horizon 2018 d'un site de production d'hydroliennes à grande échelle.

L'ancien ministre de l'industrie, Eric Besson a présenté en mars une feuille de route pour le développement d'hydroliennes, potentiellement créateur d'emplois.

François Charlottin, édité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant