GDF Suez remporte un appel d'offres pour l'éolien en mer

le
5
GDF SUEZ DÉCROCHE LE CONTRAT POUR L'ÉOLIEN EN MER EN SEINE-MARITIME ET EN VENDÉE
GDF SUEZ DÉCROCHE LE CONTRAT POUR L'ÉOLIEN EN MER EN SEINE-MARITIME ET EN VENDÉE

PARIS (Reuters) - Le consortium emmené par GDF Suez a remporté l'appel d'offres pour la construction et l'exploitation d'éoliennes au large du Tréport et de Noirmoutier, a annoncé mercredi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal.

Il construira 124 éoliennes au large du Tréport (Seine-Maritime) d'une part, de l'île d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée) d'autre part pour une capacité totale de 1.000 mégawatts (MW), équivalant à la puissance d'un réacteur nucléaire, pour un coût total de 4 milliards d'euros.

GDF Suez, en partenariat avec le portugais EDP Renewables et le français Neoen Marine, s'appuiera sur une nouvelle turbine de 8 MW développée par Areva.

Pour ce deuxième appel d'offres lancé en France pour des éoliennes en mer, ce consortium était face à un autre emmené par EDF. EDF Energies nouvelles, en partenariat avec l'allemand WDP offshore, avait proposé une turbine développée par Alstom d'une puissance de 6 MW.

"Je souhaite que nous puissions disposer d'une capacité de production électrique en mer de 6.000 MW en 2020, ce qui permettra de couvrir 3,5% de notre consommation d'électricité", a déclaré Ségolène Royal lors d'une conférence de presse, contre 3.000 sur les appels d'offres attribués à ce jour.

"Ma volonté est de faire en sorte que la France soit une des premières puissances écologiques d'Europe, elle en a les moyens, la capacité, les compétences", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur les raisons du choix de GDF Suez, Ségolène Royal a souligné que la course avait été serrée et qu'elle avait suivi l'avis de la Commission de régulation de l'énergie.

Le consortium emmené par GDF Suez misait surtout sur sa turbine de 8 MW ? contre six pour celle d?Alstom ?, qui permettra d?implanter 30 % d?éoliennes de moins que son concurrent, pour une production d?électricité équivalente.

MOINS D'ÉOLIENNES POUR LA MÊME PUISSANCE

Elles seront donc plus éloignées les unes des autres, ce qui facilitera les possibilités de navigation pour les pêcheurs, et le nombre réduit d?éoliennes permettra aussi de ramener leur délai de fabrication de deux ans, selon GDF-Suez, et donc d?accélérer la mise en service des parcs vendéen et normand.

Au printemps 2012, un consortium emmené par EDF et Alstom avait été le grand gagnant du premier appel lancé par l'Etat pour une capacité totale de 2.000 MW, remportant trois champs d'éoliennes sur les cinq mis aux enchères, un quatrième ayant été attribué à l'espagnol Iberdrola et Areva.

Les trois champs d?éoliennes de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Fécamp (Seine-Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados) de l'appel d'offres remporté par EDF et Alstom doivent générer selon les entreprises 7.000 emplois.

Le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a cité pour sa part le chiffre de 6.000 emplois mobilisés dans la conception et la construction et "1.000 personnes - 500 emplois par zone - pendant au moins 20 ans pour l'exploitation et la maintenance" pour les champs d'éoliennes attribués mercredi.

GDF Suez lancera une émission obligataire pour financer le projet, a-t-il dit, sans en dévoiler pour l'instant le montant.

La construction des éoliennes et leur mise en service progressive devrait intervenir entre 2021 et 2023.

Luc Oursel, président d'Areva, a quant à lui estimé à 30.000 MW le potentiel de construction d'éoliennes en mer en Europe.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glbt38 le mercredi 7 mai 2014 à 19:38

    le taux de charge d'une éolienne offshore est infèrieur à 30%, celui d'un réacteur nucléaire est supèrieur à 80%. Cette puissance installée d'éolienne correspond donc environ à 1/4 de réacteur EPR.

  • M5579611 le mercredi 7 mai 2014 à 19:06

    Et Cambio17 s'est précipité pour dire une ânerie....On a peut-être du retard mais on paye l'électricité 40% meilleur marché. L'éolien est à la mode, mais nécessite l'investissement supplémentaire (gaz, charbon ou autre) pour pallier au manque de vent. Donc il n'y a pas d'urgence...

  • Cambio17 le mercredi 7 mai 2014 à 18:28

    La cruche du Poitou à parlé ! Bon on a vachement de retard sur l'Allemagne et les pays Nordique...

  • yves288 le mercredi 7 mai 2014 à 18:20

    compte tenu du rendement c'est 1/3 d'un réacteur nucléaire la puissance délivrée en moyenne étant de l'ordre de 30%Et c'est beaucoup plus cher que toutes les autres sources d'énergie sauf PV. Quand on voit la faillite de la transition énergétique en Allemagne perseverare diabolicum

  • M3493130 le mercredi 7 mai 2014 à 17:23

    Patriotisme de Ségolène ? Bon choix.