GDF Suez met en garde contre l'instabilité réglementaire

le
2
GDF SUEZ ESTIME QUE L'INSTABILITÉ RÉGLEMENTAIRE MENACE LES INVESTISSEMENTS
GDF SUEZ ESTIME QUE L'INSTABILITÉ RÉGLEMENTAIRE MENACE LES INVESTISSEMENTS

PARIS (Reuters) - L'instabilité réglementaire qui accompagne la crise économique et financière en Europe menace les investissements dans le secteur de l'énergie et pourrait à terme créer des problèmes d'approvisionnement, a estimé mercredi le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet.

L'énergéticien français a subi pêle-mêle en 2011 une hausse de la taxe sur le nucléaire en Belgique, un gel partiel de ses tarifs du gaz en France ou encore une nouvelle baisse des tarifs d'achat de l'électricité d'origine photovoltaïque dans l'Hexagone, autant de décisions motivées notamment par des raisons budgétaires ou de pouvoir d'achat.

"La stabilité des règles du jeu en Europe est une nécessité. Or elle n'est pas assurée aujourd'hui, c'est même l'inverse, et la remise en cause permanente des règles du jeu est assez défavorable pour l'investissement", a déclaré Gérard Mestrallet lors d'une conférence de presse.

"On constate chez beaucoup de nos collègues et confrères (...) un peu de découragement", a-t-il ajouté.

Interrogé sur d'éventuels problèmes d'approvisionnement énergétique de certains pays européens, Gérard Mestrallet a déclaré : "C'est évidemment un risque (...). Le secteur de l'électricité travaille avec des marges de réserves et certaines décisions, comme la décision allemande de fermer par anticipation des centrales, ont réduit ces marges de réserves."

"DÉVASTATEUR"

"En réduisant ces marges de réserves, on augmente la probabilité qu'il y ait un accident sur les réseaux (...). S'il y a moins d'investissements, ce qui est notamment le cas dans le domaine thermique, ça accroît incontestablement les risques de panne."

Jean-François Cirelli, vice-PDG délégué de GDF Suez en charge de la branche Energie Europe, a de son côté souligné que le développement du groupe dans le photovoltaïque en France s'était interrompu en 2011.

"Les 'stop and go' dans la régulation sont dévastateurs pour l'industrie qui doit fournir les équipements et surtout pour les PME", a ajouté Gérard Mestrallet.

Prié de dire si GDF Suez avait pris de nouvelles mesures pour faire face à la crise européenne, son PDG a rappelé que le groupe s'était déjà protégé contre un nouveau ralentissement économique dans la foulée de 2008 en allongeant la maturité de sa dette et en faisant appel au marché obligataire.

Jean-François Cirelli a en outre estimé que la vague de froid qui frappe aujourd'hui l'Europe ne posait pas de problèmes d'approvisionnement en gaz, en tout cas en Europe de l'Ouest.

"Les stockages sont pleins, il a fait chaud au cours de l'hiver pour l'instant, donc il n'y a pas de sujet d'approvisionnement", a-t-il dit, soulignant toutefois les difficultés que rencontre la Roumanie en la matière.

GDF Suez a réorganisé depuis le 1er janvier ses activités d'énergie en Europe, où il compte 21,5 millions de clients dans le gaz et l'électricité, en regroupant dans une seule branche l'ensemble de ses activités d'approvisionnement en gaz, de production électrique, de gestion de l'énergie et de trading, ainsi que le marketing et la vente d'énergie aux clients.

Benjamin Mallet et Caroline Jacobs, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • AND.KOTE le mercredi 1 fév 2012 à 15:00

    nouvelle hausse du gaz en perspective!

  • PP4512 le mercredi 1 fév 2012 à 14:59

    Et ce n'est pas nos gugus candidats qui vont arranger les choses !aprés celà ils pârlent pourtant de relancer la croissance !!comment faire lorsqu'on rend l'investissement hasardeux faute de visibilité ,qu'on decourage l'investisseur en le taxant prioritairement ,qu'on exclue les banques en leur donnant le rôle de bouc emissaire ,en decourageant le citoyen qui voit bien que la depense publique ne baissera jamais ....??