GDF Suez : le nucléaire belge dans le doute

le
0
Electrabel
Electrabel

L'action GDF Suez a cédé 2,3% en séance le 20 août après

l'évocation par une chaîne de télévision belge de la fermeture définitive des réacteurs nucléaires Doel 3 et Tihange 2. En 2012, la détection de microfissures sur les parois des deux cuves de même conception avait entraîné l'arrêt des deux unités. Après plusieurs mois de tests, l'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a autorisé leur redémarrage en juin 2013. Mais les résultats de ces premiers tests sont inattendus et restent inexpliqués.

Pour lever le mystère, Electrabel a anticipé l'arrêt de maintenance programmé des réacteurs afin de lancer une seconde campagne de vérifications. Ce programme, en cours depuis le 25 mars, devrait se poursuivre jusqu'en automne.

Le risque de fermeture définitive de ces deux réacteurs n'est pas nul. Mais pour le moment les investisseurs tablent sur un scénario de redémarrage en début d'année prochaine. Selon GDF Suez, l'arrêt de ces deux unités a un impact voisin de 40 millions d'euros par mois sur son résultat net récurrent. À cela, il faudra sans doute ajouter la facture de l'arrêt de Doel 4 jusqu'en fin d'année après la constatation de dégâts importants sur la turbine à vapeur.
(lerevenu.com) -
Dans ce contexte,

les analystes financiers sont enclins à abaisser leurs anticipations. Le bénéfice net par action est dé­sormais attendu à 1,33 euro en fin d'année, en repli de 5% depuis mai. Mais le rendement quant à lui

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant