GDF Suez envisage des recours sur le prix du gaz en France

le
1
GDF SUEZ SE DIT PRÊT À UN RECOURS SUR LES TARIFS DU GAZ EN FRANCE
GDF SUEZ SE DIT PRÊT À UN RECOURS SUR LES TARIFS DU GAZ EN FRANCE

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - GDF Suez a déclaré jeudi qu'il envisageait des recours contre la limitation de la hausse des tarifs du gaz en France, estimant à 30 millions d'euros son impact sur ses comptes du troisième trimestre.

L'énergéticien a confirmé qu'il refacturerait 290 millions d'euros à sa clientèle - soit un coût moyen de 38 euros pour un client qui se chauffe au gaz naturel - après l'annulation par le Conseil d'Etat du gel des tarifs que le gouvernement précédent avait décidé pour le quatrième trimestre 2011.

GDF Suez a précisé qu'en accord avec l'Etat, son premier actionnaire avec 36% du capital, il étalerait ce paiement jusqu'à juin 2014. "Pour les clients qui n'utilisent le gaz que pour la cuisson et l'eau chaude, ce complément sera d'environ 20 centimes d'euros par mois en moyenne", a-t-il ajouté.

Le groupe s'est toutefois dit prêt à "mettre en oeuvre les recours appropriés" contre le plafonnement des tarifs. La limitation à 2% de la hausse des tarifs du gaz en France, insuffisante pour couvrir ses coûts, se traduira par un manque à gagner d'environ 30 millions d'euros sur son résultat brut d'exploitation du troisième trimestre.

Tandis que le gouvernement prévoit de lancer à l'automne une réforme des tarifs de l'énergie, GDF Suez a dit poursuivre ses discussions avec l'exécutif "pour mettre en place un tarif progressif et étendre le tarif social afin de protéger les ménages en difficulté".

"Il reste des incertitudes mais il y a deux principes qui sont très importants pour nous et qui sont acquis", a souligné son vice-président Jean-François Cirelli, lors d'une conférence téléphonique. "Tout d'abord le tarif doit couvrir les coûts et, deuxièmement, il y aura toujours une formule (de calcul) de prix."

INVESTISSEMENTS LIMITÉS

GDF Suez a résisté au premier semestre malgré la crise économique sur ses marchés matures. Confirmant ses réductions de coûts dans un environnement qui s'annonce encore difficile au second semestre, il a réaffirmé qu'il visait pour 2012 un résultat net récurrent part du groupe à un niveau compris entre 3,7 milliards et 4,2 milliards d'euros.

Cet objectif avait été relevé dans la perspective du rachat des minoritaires du britannique International Power (IP), bouclé fin juin, qui permet à GDF Suez de renforcer son développement dans les pays à forte croissance.

GDF Suez confirme également tabler pour cette année sur un Ebitda de 17 milliards d'euros environ et sur un dividende ordinaire stable ou en croissance par rapport à 2011.

Il vise en outre des investissements bruts de 10 à 11 milliards hors rachat des intérêts minoritaires d'IP.

Ces investissements devraient rester en 2013 et 2014 dans le bas de la fourchette de 9 à 11 milliards annuels que le groupe avait annoncé pour 2012-2015, niveau qui devrait rester le même "tant que la conjoncture économique restera difficile".

GDF Suez a enregistré au premier semestre un résultat net récurrent part du groupe de 2,5 milliards d'euros (+6%), un Ebitda de 9,2 milliards (+4,2%) et des ventes de 50,5 milliards (+10,6%).

Son bénéfice net part du groupe, qui avait été dopé par 595 millions d'euros de plus-values au premier semestre 2011, a en revanche reculé de 14,9% à 2,3 milliards.

La Belgique ayant par ailleurs annoncé début juillet son intention de fermer en 2015 deux des plus anciens réacteurs nucléaires que l'énergéticien français exploite dans le pays et d'en prolonger un troisième, GDF Suez a en outre indiqué qu'il attendait des précisions législatives à l'automne sur ces annonces.

Il estime que la fermeture des deux réacteurs devrait réduire son résultat net avant impôt d'environ 100 millions d'euros après 2015.

La prolongation du troisième, a-t-il ajouté, nécessite "un cadre légal clarifié et stable lui permettant d'évaluer la rentabilité économique d'un tel investissement", qu'il prévoit à 300 millions d'euros pour sa seule part.

En Bourse, l'action GDF Suez était en tête des hausses de l'indice CAC 40 avec un gain de 3,17% à 18,87 euros à 12h45. Depuis le début de l'année, elle cède plus de 10%, après un recul de 21,3% en 2011.

"Compte tenu de ces résultats solides, des efforts pour développer sa présence dans les régions à forte croissance (notamment en Asie-Pacifique) et du maintien des objectifs 2012, nous maintenons notre recommandation à l'achat et notre objectif de cours à 25 euros", commente dans une note Olivier Bails, analyste chez CM-CIC securities.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • razibus1 le jeudi 2 aout 2012 à 14:19

    Le pire, c'est que Hollande ne bouge strictement sur la formule de calcul qui avait été faite par G Longuet, indexée sur le pétrole mais pire, il a travaillé et fait des études pour GSZ, on appelle cela en bon Français = un conflit d'intérêt !