Gbagbo réquisitionne des filiales de banques françaises

le
0
Le président sortant de la Cote d'Ivoire, qui refuse de céder le pouvoir, va «prendre le contrôle» des filiales locales de BNP Paribas et Société Générale. Ces dernières avaient fermé leurs succursales. La France «condamne» ces «nationalisations».

Les banques françaises font les frais de l'accentuation de la crise en Côte d'Ivoire. Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, qui tente de se maintenir à la tête de l'Etat envers et contre la dernière élection présidentielle, a en effet annoncé hier soir à la télévision publique RTI «avoir pris des décrets afin que l'Etat de Côte d'Ivoire prenne le contrôle par une prise de participation totale et complète dans le capital de certaines de ces banques. Il s'agit entre autres de la SGBCI et de la Bicici», qui sont les filiales ivoiriennes des banques françaises BNP Paribas et Société Générale.

Sa décision vise à «préserver les emplois et assurer l'accès des Ivoiriens et des opérateurs économiques à leurs avoirs» dans «les plus brefs délais». La France a «condamné» la «nationalisation» des banques, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Les deux banques françaises n'ont pour leur part pas souhaité commenter les in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant