GB-Une députée travailliste tuée, la campagne suspendue

le , mis à jour à 19:30
0
 (Précisions, réactions de Cameron, Corbyn, Valls) 
    par Craig Brough 
    LONDRES, 16 juin (Reuters) - La députée britannique Jo Cox a 
été mortellement blessée par balle en pleine rue jeudi dans le 
nord de l'Angleterre, provoquant une vague d'émotion dans le 
pays et la suspension de la campagne électorale en vue du 
référendum du 23 juin sur l'avenir du Royaume-Uni dans l'Union 
européenne. 
    Jo Cox, élue travailliste favorable au maintien de son pays 
au sein du bloc communautaire, a été agressée alors qu'elle se 
préparait à tenir sa permanence électorale hebdomadaire à 
Birstall, près de Leeds, une localité de sa circonscription. 
    D'après les médias britanniques, l'agresseur, qui a été 
arrêté, a ouvert le feu sur la députée et l'a poignardée dans 
des circonstances encore confuses.  
    Hospitalisée dans un état grave, Jo Cox a succombé peu après 
à ses blessures.  
    Selon un témoin cité par l'agence Press Association, Jo Cox, 
qui était âgée de 41 ans, serait intervenue pour mettre fin à 
une dispute entre le suspect et un autre homme. 
    Un autre témoin dit avoir vu le suspect sortir une arme 
ancienne ou artisanale de son sac et faire feu à deux reprises 
en direction de la parlementaire. 
    "J'ai vu une femme sur le sol, comme si elle était à la 
plage, avec les bras posés le long du corps et les genoux 
relevés et du sang sur tout le visage", a déclaré Hichem 
Ben-Abdallah à des journalistes. "Elle ne faisait aucun bruit, 
mais elle était visiblement à l'agonie." 
    Le chef de la police du West Yorkshire a précisé que ses 
services ne recherchaient pas d'autre suspect que l'homme 
interpellé, parlant d'un incident isolé dont elle essaie encore 
de déterminer le mobile. 
    Les autorités du West Yorkshire a annoncé avoir interpellé 
un homme de 52 ans tandis qu'un autre homme âgé de 77 ans a été 
légèrement blessé. Des armes, dont une arme à feu, ont été 
retrouvées, a dit la police. 
    La presse locale, citant d'autres témoins, rapporte que 
l'agresseur a crié "Britain First" (La Grande-Bretagne d'abord), 
nom d'une organisation de droite qui se décrit elle-même comme 
"un parti politique patriote et une organisation de défense de 
rue". 
    Jayda Fransen, numéro 2 de Britain First, a qualifié cette 
agression d'"absolument abjecte" et a souligné que l'expression 
"Britain first" était également un slogan employé par les 
partisans du Brexit dans leur campagne électorale. 
     
    ÉTOILE MONTANTE 
    Le meurtre de Jo Cox, mariée et mère de deux enfants, a 
provoqué une vive émotion dans la classe politique britannique 
qui a, dans son ensemble, condamné cette attaque. 
    Sur son compte Twitter, le Premier ministre David Cameron a 
qualifié le mort de la députée de "tragédie". "C'était une 
députée engagée et dévouée. Mes pensées vont à son époux Brendan 
et à leurs deux jeunes enfants." 
    Jeremy Corbyn, le chef de file du Parti travailliste, a lui 
aussi réagi sur Twitter, déclarant que "l'ensemble de la famille 
travailliste, et bien sûr du pays, est choquée et triste devant 
l'horrible meurtre de Jo Cox". 
    Manuel Valls a fait part de sa "profonde tristesse" sur 
Twitter. "A travers elle, notre idéal démocratique a été visé. 
Ne jamais l'accepter !" a ajouté le chef du gouvernement 
français.  
    Les partisans du maintien de la Grande-Bretagne au sein de 
l'UE ont annoncé suspendre leurs activités jusqu'à vendredi. 
Ceux du Brexit ont également interrompu leur campagne.  
    David Cameron a annulé un déplacement à Gibraltar et a jugé 
sur Twitter qu'il "était normal que toutes les activités de 
campagne aient été suspendues après l'horrible attaque contre Jo 
Cox". 
    C'est la première fois qu'un parlementaire britannique est 
tué depuis 1990, année de la mort du député Ian Gow, visé par 
une bombe placée par l'Armée républicaine irlandaise (IRA) sous 
son véhicule. 
    Jo Cox, diplômée de l'université de Cambridge, a été élue 
députée en 2015 et elle était considérée comme l'une des étoiles 
montantes dans le camp travailliste. Elle était connue pour son 
engagement en faveur des femmes et pour sa participation à des 
oeuvres caritatives. 
    Elle avait contribué en 2008 à la campagne électorale de 
Barack Obama. 
 
 (Michael Holden avec William James, Kylie MacLellan et Estelle 
Shirbon; Pierre Sérisier et Nicolas Delame pour le service 
français, édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant