GB-Toutes les banques ont réussi les tests sauf Co-Op -BoE

le
0

LONDRES, 16 décembre (Reuters) - Tous les établissements de crédit britanniques, à l'exception de la banque en difficulté Co-operative Bank, seraient capables de résister à une forte baisse des prix de l'immobilier, a annoncé mardi la Banque d'Angleterre (BoE). Royal Bank of Scotland (RBS) RBS.L et Lloyds LLOY.L , qui ont fait l'objet d'un sauvetage de l'Etat lors de la crise financière de 2007-2009, ont réussi de justesse les premiers tests de résistance de la BoE pour évaluer la santé du secteur, après avoir toutes deux pris des mesures préventives pour renflouer leurs fonds propres avant que la BoE ne termine son évaluation. Les deux banques devront avoir l'autorisation de la banque centrale britannique avant de verser d'éventuels dividendes. Le Royaume-Uni a injecté 66 milliards de livres pour éviter une faillite de Royal Bank of Scotland RBS.L et de Lloyds Banking Group LLOY.L pendant la crise financière de 2007 à 2009. La Commission de politique financière (Financial Policy committee, FPC) de la BoE, chargée de gérer les risques potentiels pour l'économie liés au système bancaire, a recommandé que les banques soient régulièrement évaluées afin de vérifier qu'elles ont assez de captiaux pour résister à l'éventuels chocs de marché. La FPC a conclu mardi que le système bancaire dans son ensemble est beaucoup plus sûr qu'il y a deux ans et qu'aucune nouvelle mesure de protection du secteur n'est requise. "Les résultats montrent que le coeur du système bancaire est sensiblement plus résistant et qu'il est en mesure de continuer à servir l'économie, même en cas de stress important", a déclaré mardi le gouverneur de la banque centrale Mark Carney. La FPC a annoncé qu'elle mettrait en place de nouveaux amortisseurs de risque tout en appelant les banques à améliorer la gouvernance. Le plus gros risque viendrait, selon la BoE, du marché du logement, où la "bulle" n'a pas éclaté jusqu'à présent. Ces tests ajoutent des contraintes aux test imposés par la Banque centrale européenne (BCE) et l'Autorité bancaire européenne (ABE) dans le cadre de son évaluation de 123 banques dont les résultats ont été publiés fin octobre. ID:nL5N0SL0UZ Le scénario du pire mis en place par la BoE prévoit une chute de la livre sterling et une montée des pressions inflationnistes, débouchant sur un resserrement de la politique monétaire et une hausse des taux à 4% contre 0,5% actuellement. Ces éléments entraînent une contraction d'environ 3,5% du PIB du pays par rapport à la fin de 2013 et un taux de chômage multiplié par près de deux à 12%. Les prix du logement chuteraient de 35% et ceux de l'immobilier commercial de 30%. Les huit plus grandes banques dans le pays - Lloyds, RBS, Barclays BARC.L , HSBC HSBA.L , Santander UK SAN.MC , Nationwide POB_p.L , Co-op et Standard Chartered STAN.L - devaient prouver qu'elles avaient suffisamment de fonds propres pour résistance à un tel scénario. Ces tests exigeaient qu'elles aient un ratio de fonds propres "core" pondéré du risque de 4,5% dans le cas de ces scénarios. (David Milliken et Huw Jones, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux