GB - S&P confirme sa note 'AAA', la perspective reste négative

le
0
 (Actualisé avec Fitch) 
    LONDRES, 12 décembre (Reuters) - Standard & Poor's a 
confirmé vendredi la note à long terme 'AAA', la plus haute 
possible, de la dette souveraine de la Grande-Bretagne, ainsi 
que la perspective négative qui lui est attachée. 
    L'agence de notation précise que la perspective négative 
s'explique surtout par les incertitudes concernant l'avenir du 
pays au sein de l'Union européenne, ajoutant que si les 
électeurs exprimaient leur volonté de rester dans l'UE, cette 
perspective pourrait être révisée à stable. 
    Le Premier ministre britannique David Cameron s'est engagé à 
renégocier les relations entre Londres et Bruxelles avant le 
référendum sur le maintien au sein de l'UE promis d'ici 2017. 
 ID:nL8N13S4MA  
    S&P avait abaissé en juin sa perspective sur la 
Grande-Bretagne et a également dit qu'un "Brexit" pourrait 
entraîner un abaissement de la note de deux crans. 
 ID:nL5N0YY35L  
    De son côté, Moody's a dit le mois dernier que le pays ne 
risquerait pas forcément une dégradation de sa note souveraine 
s'il choisit de sortir de l'Union européenne.  ID:nL8N13H0OT  
    Après S&P, Fitch a également confirmé sa note, à 'AA', et sa 
perspective, à stable, disant que le résultat d'une éventuelle 
sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne serait très 
incertain et qu'il dépendrait de pourparlers longs et complexes. 
    La perspective "négative" indique que la possibilité d'un 
abaissement la note à long terme au cours des deux prochaines 
années est au moins d'une sur trois, précise S&P. 
    L'agence de notation va à l'encontre d'un des arguments 
clefs des partisans d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, 
en disant que l'immigration au cours de la décennie écoulée 
avait eu un effet généralement positif sur l'économie. 
    S&P a réaffirmé son opinion selon laquelle la tenue du 
référendum sur l'appartenance à l'UE fait peser des risques sur 
le vaste secteur financier de la Grande-Bretagne, sur ses 
exportations et sur l'économie dans son ensemble. 
    "Dans le pire des scénarios, un "Brexit" pourrait également 
remettre en cause le statut de réserve mondiale de change de la 
livre (...)", poursuit S&P. 
    L'agence ajoute toutefois anticiper un accord entre la 
Grande-Bretagne et le reste de l'Europe au cours du premier 
semestre 2016 et un rejet d'une sortie de l'UE par les électeurs 
britanniques. 
    S&P souligne cependant que la campagne en faveur d'une 
sortie de l'UE était mieux financée et organisée que celle 
prônant le maintien. 
    S'agissant des perspectives économiques de la 
Grande-Bretagne, l'agence de notation anticipe un léger 
ralentissement de la croissance, avec un produit intérieur brut 
(PIB) en hausse de 2,3% par an en moyenne sur la période 
2015-2018. 
 
 (William Schomberg, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux