GB-Osborne évoque des coupes dans les dépenses sociales

le
0

* Le ministre des Finances se projette après les élections de 2015 * Il évoque un gel de deux ans de certaines aides sociales * Il promet de lutter contre l'évasion fiscale des multinationales BIRMINGHAM, Angleterre, 29 septembre (Reuters) - Le ministre des Finances britannique, George Osborne, s'est efforcé lundi de faire oublier les divisions au sein du Parti conservateur sur l'Europe en promettant de nouvelles coupes dans les dépenses pour combler le déficit budgétaire. Les divisions au sein des "Tories" sur l'Union européenne plombent l'ambiance du congrès annuel de leur parti à Birmingham à moins de huit mois des législatives, reléguant au second plan les succès économiques et la prudence budgétaire du gouvernement de David Cameron. Un deuxième député conservateur a rallié ce week-end le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) et George Osborne a estimé lundi que le vote pour l'UKIP risquait de faciliter une victoire des travaillistes en mai prochain. Dans un discours qui constitue l'ébauche probable du programme conservateur pour le scrutin de l'an prochain, le chancelier de l'Echiquier s'est targué d'avoir contribué au retour de la croissance au Royaume-Uni, tout en reconnaissant que tous les problèmes n'étaient pas résolus. "Je ne suis pas là pour m'émerveiller de tout ce que nous avons fait. Au contraire: l'ampleur de ce que nous avons à faire m'incite à l'humilité", a dit le ministre devant les délégués conservateurs réunis à Birmingham. "Nous nous engageons ici à finir le travail que nous avons commencé." A leur entrée au gouvernement en 2010, David Cameron et George Osborne avaient promis que le retour à la croissance et la réduction du déficit budgétaire permettraient à leurs électeurs de se sentir plus riche avant le prochain scrutin. 25 MILLIARDS DE LIVRES D'ÉCONOMIES Or, si l'économie est bien repartie, les salaires affichent leur plus faible croissance depuis plus de dix ans et la dette publique devrait atteindre un nouveau sommet, à 79% du produit intérieur brut (PIB), sur l'exercice budgétaire 2015-2016, ce qui prive l'exécutif de marge de manoeuvre pour alléger la fiscalité. Pour renouer avec les excédents budgétaires, George Osborne estime donc nécessaire de réduire les dépenses publiques de 25 milliards de livres (32 milliards d'euros), ce qui passerait par un gel de deux ans de toutes les prestations sociales versées aux personnes en âge de travailler. "Dégager un excédent global est la seule manière de faire baisser notre dette publique dangereusement élevée", a dit le ministre des Finances. "Faites passer le message (...): nous réparerons le toit pendant que le soleil brille." Il a également promis d'abolir avant les élections les droits de succession de 55% qui touchent les plans d'épargne retraite, une disposition surnommée "l'impôt sur la mort". Cette mesure devrait coûter 150 millions de livres par an selon le Parti conservateur. Le ministre a aussi dit envisager une modification de la fiscalité des entreprises pour lutter contre l'évasion fiscale des multinationales, qui coûtent plusieurs centaines de millions de livres par an à l'Etat selon le gouvernement. "Certaines entreprises technologiques font l'impossible pour payer peu ou pas du tout d'impôt", a-t-il dit. "Ceux qui abusent de notre système fiscal abusent de la confiance du peuple britannique. Et j'ai un message clair à leur adresser: nous allons y mettre un terme." George Osborne n'a cité le nom d'aucune entreprise dans son discours. Certaines organisations qui militent contre l'évasion fiscale des multinationales reprochent au gouvernement Cameron d'avoir adopté ces dernières années de nouvelles règles permettant à des entreprises étrangères imposables au Royaume-Uni de réduire leur impôt. (William James, William Schomberg et Tom Bergin,; Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux