GB-Miliband promet £2,5 mds par an pour la santé s'il devient PM

le
0

MANCHESTER, Angleterre, 23 septembre (Reuters) - Le chef des travaillistes britanniques, Ed Miliband, s'est engagé mardi lors du dernier congrès de son parti avant les élections à consacrer 2,5 milliards de livres par an à la réforme du système de santé s'il devient Premier ministre l'an prochain. A huit mois du scrutin parlementaire, Ed Miliband a tenu un discours très ancré à gauche en expliquant qu'il financerait cette réforme en taxant la propriété, les fonds spéculatifs et les cigarettiers. "Il y a un choix de leader à faire lors de cette élection, un vrai choix de leader. Un leader qui se tient aux côtés des privilégiés ou un leader qui se bat pour vous et pour vos familles", a déclaré le dirigeant de 44 ans. Le parti travailliste conserve une courte avance sur les conservateurs du Premier ministre David Cameron dans les sondages mais certains, dans son propre camp, doutent de la capacité d'Ed Miliband à l'emporter en raison de son manque de charisme et de pugnacité. Mardi, le leader travailliste a néanmoins eu droit à une standing ovation à l'issue de son discours après s'être engagé à créer un fonds doté de 2,5 milliards de livres par an pour améliorer le système de santé britannique (National Health Service, NHS), ce qui permettrait d'embaucher, selon lui, des milliers de médecins et d'infirmières. Rompant avec la ligne centriste du Labour depuis l'époque où Tony Blair était à la tête du gouvernement, il a expliqué qu'il imposerait pour cela plus lourdement les propriétaires les plus fortunés, qu'il supprimerait les exemptions fiscales, y compris celles dont bénéficient les fonds spéculatifs, et qu'il créerait une nouvelle taxe pour les cigarettiers calculée en fonction de leur part de marché. Ed Miliband, qui a prononcé son discours sans notes, a en revanche oublié d'aborder deux thèmes clés de la campagne, le déficit public et l'immigration, alors qu'il avait pourtant prévu de les évoquer, d'après le script de son discours. Cet "oubli" n'a pas échappé à ses adversaires, à l'image du ministre des Finances George Osborne, qui a commenté sur Twitter: "Ed Miliband n'a pas mentionné une seule fois le déficit. Extraordinaire. Si vous ne pouvez pas améliorer l'économie, vous ne pouvez pas financer le NHS." (Andrew Osborn, Kylie MacLellan et William James; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant