GB: May met en garde les parlementaires contre un blocage du Brexit

le , mis à jour à 19:00
24
La Première ministre britannique Theresa May, lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 21 octobre 2016 ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )
La Première ministre britannique Theresa May, lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 21 octobre 2016 ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

La Première ministre Theresa May a mis en garde dimanche les parlementaires britanniques contre un blocage du Brexit après la décision de la Haute Cour de leur accorder un droit de vote sur le lancement de la procédure de sortie.

Après ce jugement rendu jeudi, le gouvernement a annoncé qu'il ferait appel devant la Cour suprême et Mme May, qui ne souhaite pas de vote sur cette question, a affirmé maintenir son calendrier "inchangé".

Dans des déclarations publiées dimanche avant une visite en Inde, elle appelle les députés à ne pas utiliser ce jugement pour aller à l'encontre des résultats du référendum du 23 juin sur l'Union européenne.

"Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé", insiste la dirigeante conservatrice.

L'article 50 au coeur du Brexit
L'article 50 au coeur du Brexit ( AFP / Kun TIAN, Sophie RAMIS, Alain BOMMENEL )

"Cela signifie maintenir notre plan et notre agenda, développer notre stratégie de négociation et ne pas mettre toutes nos cartes sur la table", ajoute-t-elle.

La décision de la Haute Cour de Londres, si elle est confirmée par la Cour suprême, risque en effet de provoquer des débats parlementaires à rallonge, susceptibles de ralentir significativement la mise en oeuvre du Brexit et de peser sur les négociations entre Londres et Bruxelles.

Envisageant la perspective d'un tel débat, le leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a indiqué au Sunday Mirror qu'il réclamerait à Mme May d'oeuvrer au maintien du Royaume-Uni dans le marché unique et de garantir les droits européens sur le travail après le Brexit.

Alors que le journal affirmait que M. Corbyn était prêt à voter contre l'activation de l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui lance la procédure de divorce avec l'UE, s'il n'obtient pas satisfaction, le chef du Labour a clarifié sa position sur Twitter.

"Nous ne bloquerons pas l'article 50, mais nous nous battrons pour un Brexit qui marche pour le Royaume-Uni", a-t-il dit.

La décision de la Haute Cour a suscité des spéculations selon lesquelles Mme May pourrait convoquer des élections anticipées pour renforcer le soutien dont elle dispose à la chambre des Communes avant un éventuel vote sur l'UE.

Cette option reste toutefois peu probable, a estimé dimanche le ministre de la Santé, Jeremy Hunt.

"C'est franchement la dernière chose que souhaite le gouvernement", a-t-il dit sur la BBC, jugeant également "très improbable" la possibilité que le Parlement s'oppose au déclenchement de l'article 50.

Dans le cas contraire, il faudra craindre la réaction des Brexiters, a mis en garde Nigel Farage, le président intérimaire de l'Ukip, le parti europhobe et anti-immigration.

"Croyez-moi, si les gens de ce pays pensent qu'ils ont été trompés, (...) alors vous verrez une colère qu'aucun de nous n'a encore vue au cours de sa vie dans ce pays", a-t-il dit sur la BBC, alors que la décision de la Haute Cour a déjà suscité de violentes critiques contre ses juges.

L'une des plaignantes à l'origine de l'action en justice, Gina Miller, a de nouveau confié dimanche avoir reçu des menaces sur les réseaux sociaux, accusant médias et responsables politiques de jeter de l'huile sur le feu.

"Ce sont eux qui incitent au racisme, à la violence, à l'acrimonie", a-t-elle dit sur la BBC.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • doussine il y a 4 semaines

    Vous parlez du "peuple" comme si c'etait une entité homogène allant dans le sens. Que faites vous des 48% qui ont voté contre, vous les exterminez? L'histoire a montré depuis l'aube des temps que ce PEUPLE menait au chaos.

  • mlaure13 il y a 4 semaines

    sibile...Exactly...CQFD...;-)))

  • sibile il y a 4 semaines

    si les Parlementaires doivent accepter ce que le peuple a décidé, dans ce cas pourquoi leur demander leur avis ? et à partir du moment où on leur demande leur avis, pourquoi devraient-ils voter autre chose que ce qu'ils pensent bien pour leur pays ?

  • M2310631 il y a 4 semaines

    L'intérêt du brexit pour les anglais c'est davantage d'indépendance. Mais l'indépendance coûte cher.

  • M2310631 il y a 4 semaines

    Les conséquences d'un Brexit, nous les répétons depuis des lustres. C'est une monnaie plus volatile dans un marché plus étroit. Il est moins facile de faire du commerce avec des taux plus volatiles. Ce sera aussi potentiellement des barrières douanières plus importantes. Il ne suffit pas d'avoir une monnaie basse ou haute pour s'enrichir. Il faut faire du commerce et créer de la confiance et de la valeur.

  • tchazard il y a 4 semaines

    quelles consequences economiques ? UK est le pays de l 'UE qui fait le plus de croissance grace a la baisse du pound

  • mlcbnb il y a 4 semaines

    Le système britannique est un système parlementaire, le référendum n'est que le point de vue de la population à un moment donné. Le plus logique aurait été de demander des nouvelles élections après le référendum, pour s'assurer du soutien du parlement. May n'en veut pas, car son partie va sans doute les perdre. Le brexit ne sera pas voter par le parlement anglais, voilà mon pronostic. Sans l'aval du parlement, pas de brexit

  • M415325 il y a 4 semaines

    La finance au traviail.abec l.aide de Bruxelles . Peuple défend toi

  • b.renie il y a 4 semaines

    "Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé", Ce serait le comble que les représentants du peuple ignore la décision de ce dernier Il est est trop tard pour le convaincre de revenir sur son choix Du reste l'accepterait-il ? UK n'a pas besoin d'une crise politique en plus des conséquences économiques du Brexit

  • tchazard il y a un mois

    un pays ayant sa monnaie souveraine n 'a rien à faire avec des fous utilisant une monnaie apatride bancaire sans nation , ça été une hérésie depuis le depart réparé bientot , les fous restent les fous esclaves des banques maitres de l 'euro