GB-Les inondations coûteront des milliards aux assureurs

le
0
    par Noor Zainab Hussain et Simon Jessop 
    LONDRES, 29 décembre (Reuters) - Les inondations en cours 
dans le nord de l'Angleterre figureront parmi les plus coûteuses 
de l'histoire pour les compagnies d'assurance et la facture n'a 
sans doute pas fini d'augmenter puisque de nouvelles pluies 
importantes sont annoncées pour mardi soir et mercredi. 
    Ces inondations sont déjà considérées comme les pires subies 
par le Royaume-Uni depuis 2007 et les toutes premières 
estimations chiffrent les demandes d'indemnisation à 1,5 
milliard de livres (2,0 milliards d'euros).  
    "Avec les nouvelles tempêtes en vue, on pourrait s'acheminer 
vers ce qu'on a vu de pire dans l'histoire récente, au moins en 
termes de pertes assurées", a déclaré Simon Waller, directeur de 
JBA Risk Management, un cabinet spécialisé dans l'évaluation des 
risques pour les entreprises et les administrations.  
    Le cabinet d'audit et de conseil KPMG chiffre l'impact 
économique global des inondations à plus de cinq milliards de 
livres. Mais les nouvelles pluies importantes annoncées et les 
difficultés rencontrées pour accéder à certaines des zones 
touchées signifient que ces estimations ne sont que provisoires. 
    Les compagnies d'assurance Aviva  AV.L , RSA  RSA.L , Axa 
 AXAF.PA  et Direct Line  DLGD.L  déclarent ainsi qu'il est trop 
tôt pour donner une idée du coût total du dossier.  
    En 2007, les inondations et les tempêtes qui avaient touché 
le nord-est, le centre et le sud de l'Angleterre ainsi que le 
Pays de Galles, avaient coûté au total trois milliards de livres 
aux assureurs selon l'Association of British Insurers.  
     
    "SITUATIONS EXTRÊMES INCONNUES" 
    L'Etat britannique et le secteur de l'assurance ont créé un 
mécanisme d'assurance spécifique anti-inondations pour les zones 
jugées les plus risquées, dénommé Flood Re, mais il ne sera 
opérationnel qu'en avril. Et les pluies en cours touchent des 
habitations et des entreprises qui n'étaient jusqu'à présent pas 
considérées comme exposées à ces risques, ce qui suscite déjà 
des interrogations.  
    "Je crois qu'il y aura des pressions politiques après les 
inondations parce qu'il y a un certain nombre de biens, 
notamment de petites entreprises, qui sont exclues de Flood Re 
alors qu'ils souffrent sans doute terriblement", dit Simon 
Waller.  
    L'Agence de l'environnement, en charge de la prévention des 
inondations, a estimé de son côté que la Grande-Bretagne devait 
"intégralement revoir" ses mécanismes de prévention pour 
s'adapter à ce qu'elle présente comme l'évolution "de situations 
extrêmes connues à des situations extrêmes inconnues" en terme 
d'événements météorologiques.    
    Certains assureurs jugent quant à eux qu'il faut désormais 
adapter la construction de nouveaux bâtiments au risque 
d'inondations. 
    "Il est tout à fait clair que l'amélioration de la capacité 
de résistance à l'impact des inondations est aussi importante 
que la prévention pour nous adapter à ce qui ressemble de plus 
en plus à la nouvelle norme", a dit Amanda Blanc, directrice 
générale d'Axa pour le Royaume-Uni et l'Irlande, dans un 
communiqué.  
     
 
 (avec Kate Holton et Carolyn Cohn; Marc Angrand pour le service 
français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant