GB-Les candidates au poste de PM veulent moins d'immigrés de l'UE

le
0
    par Costas Pitas 
    LONDRES, 9 juillet (Reuters) - Les deux candidates à la 
succession du Premier ministre britannique David Cameron 
promettent d'imposer des règles d'entrée plus strictes pour les 
citoyens européens qui arrivent en Grande-Bretagne dans deux 
interviews publiées vendredi. 
    Un peu plus de deux semaines après la décision prise par les 
Britanniques de sortir de l'Union européenne, la ministre de 
l'Intérieur Theresa May et la ministre de l'Energie Andrea 
Leadsom promettent toutes les deux de limiter la liberté de 
circulation des citoyens de l'espace européen.     
    "Les personnes qui partent en vacances ou qui sont en voyage 
d'affaires ou poursuivent des collaborations scientifiques 
seront en mesure de le faire mais le droit de résider et de 
travailler ici sera soumis à des permis de travail", a déclaré 
Andrea Leadsom au quotidien The Times. 
    Elle suggère en outre qu'après le 9 septembre, date à 
laquelle le nouveau Premier ministre aura été élu, les 
ressortissants européens qui arriveront pourraient ne plus 
rester au Royaume-Uni et bénéficier des droits garantis par les 
traités européens : "Vous n'avez pas à garantir la liberté de 
circulation (des personnes) pour toujours", dit-elle au journal. 
    Theresa May, qui a emporté jeudi une majorité de soutiens 
parmi les députés conservateurs, annonce pour sa part qu'elle 
changera les règles de la liberté de circulation.   
    "Si je suis Première ministre, nous sortirons de l'Union 
européenne et cela signifiera en partie un contrôle de la 
liberté de circulation", dit-elle au Daily Telegraph. 
     
    CHOIX CARDINAL 
    Pour les 52% de Britanniques qui ont voté pour le Brexit, 
contrôler les flux migratoires à destination du Royaume-Uni 
était un enjeu majeur. Si le pays souhaite continuer à avoir 
accès au marché unique européen, il pourrait toutefois être 
forcé d'accepter les citoyens européens sur son sol. 
    Selon un sondage ORB pour The Independent publié vendredi, 
48% des sondés disent préférer garder un accès au marché 
européen, quand 37% jugent plus important un contrôle accru de 
l'immigration venue d'Europe. 
    Mardi, le président du Conseil européen, Donald Tusk a 
rappelé que "l'accès au marché unique passe obligatoirement par 
l'acceptation des quatre libertés" : libre circulation des 
biens, des services, des capitaux et des personnes.   
    Le duel entre May et Leadsom vient de commencer, et a déjà 
tourné au vinaigre. Dans l'interview au Times, Andrea Leadsom a 
évoqué le fait que Theresa May n'avait pas d'enfants comme 
argument en sa défaveur.  
    "Elle a peut-êtres des nièces, des neveux, des tas de 
personnes, mais j'ai des enfants qui vont avoir des enfants qui 
seront directement partie prenante de ce qui va arriver dans le 
futur", rapporte l'article qui la cite, titré de la déclaration 
"Etre une mère me donne l'avantage sur May". 
    Leadsom a affirmé vendredi soir sur son compte Twitter: 
"Vraiment affligeant et l'exact opposé de ce que j'ai dit. Je 
suis écoeurée." 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle 
Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant