GB-Le directeur pro-Brexit de la Chambre de commerce démissionne

le
0
    LONDRES, 7 mars (Reuters) - Le directeur général de la 
Chambre de commerce britannique (BCC) a accusé lundi David 
Cameron de semer la peur dans le débat sur le "Brexit" après 
avoir été poussé à la démission ce week-end pour avoir souhaité 
la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 
    John Longworth, qui s'était dit jeudi, à titre personnel, en 
faveur du Brexit, avait été suspendu le lendemain pour avoir 
enfreint le principe de neutralité de la BCC sur le référendum 
du 23 juin. Il a finalement démissionné dimanche soir. 
    Dans une interview publiée lundi par le Daily Telegraph, il 
s'en prend directement au Premier ministre britannique David 
Cameron, qui fait campagne pour le maintien dans l'UE et a 
affirmé qu'un Brexit mettrait en danger la sécurité et la 
stabilité économique du pays. 
    "Il est hautement irresponsable de la part du gouvernement 
du pays de colporter des exagérations", a dit l'ex-directeur 
général des chambres de commerce. 
    "Si le gouvernement continue à colporter que ce sera un 
désastre si nous sortons [de l'UE], ce qui ne sera en vérité pas 
le cas, il va mettre le pays dans une position où il sera en 
effet affecté si nous sortons", a-t-il ajouté. 
    La présidente de la BCC, Nora Senior, a annoncé elle-même la 
démission de John Longworth, expliquant que ses opinions 
personnelles sur le référendum étaient "susceptibles de créer 
une confusion quant à la position neutre de la BCC". 
    Les déclarations de John Longworth représentent la dernière 
ligne apportée aux débats publics de plus en plus virulents qui 
se tiennent en Grande-Bretagne quant au futur du pays dans 
l'Union européenne. 
    Les sondages montrent que l'opinion publique est fortement 
divisée, à l'image des failles à l'intérieur même du 
gouvernement de David Cameron. 
    Dimanche, l'un des plus influents défenseurs de la sortie de 
l'Union européenne, le maire conservateur de Londres, Boris 
Johnson, a estimé qu'elle offrirait à la Grande-Bretagne une 
"occasion en or" de renégocier ses propres accords commerciaux 
avec le reste du monde.   
    Le Sunday Telegraph avait plus tôt cité un ami anonyme du 
directeur général de la BCC affirmant que le cabinet du Premier 
ministre avait fait pression sur la chambre de commerce pour que 
John Longworth soit suspendu.  
    Les militants pro-Brexit ont dénoncé une manœuvre du 
gouvernement pour réduire au silence les partisans de leur camp. 
    Boris Johnson a qualifié de "scandaleux" le fait que 
Longworth ait été poussé vers la porte pour ce qu'il a qualifié 
d'"opinion optimiste passionnée". 
    Le député conservateur et ex-ministre de la Défense Liam 
Fox, en faveur d'une sortie, a quant à lui estimé qu'il était 
inapproprié d'utiliser "l'appareil de l'Etat" pour faire 
pression sur ceux qui expriment une opinion personnelle. 
    La présidente de la BCC a dit qu'aucun "facteur externe" 
n'était entré en jeu dans la démission du directeur général de 
l'organisation. 
    "Aucun homme politique ou groupe d'intérêt n'a eu 
d'influence sur la décision de la BCC de suspendre M. Longworth. 
Sa démission a ensuite été convenue mutuellement entre M. 
Longworth et la BCC", a-t-elle ajouté. 
 
 (Kylie MacLellan; Julie Carriat pour le service français, édité 
par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant