GB-Le candidat de l'aile gauche du Labour en tête d'un sondage

le
0

LONDRES, 11 août (Reuters) - Jeremy Corbyn, le plus à gauche des quatre candidats à la succession d'Ed Miliband à la tête du Parti travailliste en Grande-Bretagne, est nettement en tête d'un sondage publié mardi, avec plus de la moitié des intentions de vote parmi les adhérents. Selon cette enquête menée par l'institut YouGov et publiée par le Times, le candidat néo-marxiste recueille les faveurs de 53% des personnes interrogées, soit dix points de plus qu'en juillet, et pourrait donc l'emporter dès le premier tour. Son rival le plus sérieux, Andy Burnham, plafonne pour l'instant à 21% des intentions de vote. Les résultats du vote interne, pour lequel les militants doivent classer les candidats par ordre de préférence, seront dévoilés le 12 septembre, à l'occasion d'un congrès du Labour. Jeremy Corbyn, qui plaide pour une réorientation des travaillistes nettement plus à gauche, a réalisé une spectaculaire ascension au sein du parti: de simple figurant, il est devenu le favori des sondages. A 66 ans, ce doyen de la campagne entend définitivement tourner la page du "New labour" tel que l'a imaginé l'ancien Premier ministre Tony Blair, au pouvoir de 1997 à 2007, partisan d'un positionnement plus centriste. Selon le sondage YouGov, le candidat de l'aile gauche du parti est particulièrement populaire auprès des militants qui ont rejoint le Labour après sa déroute aux élections législatives de mai, remportées par les conservateurs. Les rivaux de Jeremy Corbyn font une analyse inverse: ils expliquent cette défaite en partie par le fait que le Parti travailliste était alors considéré comme "anti-business", et donc trop à gauche. Tony Blair lui-même est intervenu dans la campagne pour mettre en garde les travaillistes contre la tentation Corbyn, qui pourrait conduire d'après lui le parti à de nouvelles défaites. "Je serais personnellement surpris si Corbyn ne devenait pas chef de file du Labour", a déclaré Peter Kellner, président de YouGov, tout en précisant que son étude ne constituait pas une prédiction des résultats finaux. (Sarah Young; Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant