GB-La hausse des prix immobiliers continue de s'amplifier-étude

le
1

LONDRES, 6 août (Reuters) - La hausse des prix de l'immobilier en Grande-Bretagne a atteint le mois dernier son plus haut niveau depuis le début de la crise financière, montre mercredi une étude de l'établissement de crédit Halifax, signe que le ralentissement du marché, souhaitée par les autorités, n'est pas encore acquis. Sur la période mai-juillet, les prix immobiliers britanniques ont progressé de 10,2% par rapport au trimestre correspondant de l'an dernier, précise Halifax, le chiffre le plus élevé depuis septembre 2007. Sur le seul mois de juillet, la hausse a été de 1,4%, après une baisse de 0,4% en juin, et elle dépasse les prévisions les plus optimistes des économistes interrogés par Reuters la semaine dernière. "Le marché immobilier ignore les nouvelles règles en matière de crédit. C'est important car la Banque d'Angleterre a récemment souligné que le marché immobilier était une bonne raison de voir la croissance de l'ensemble de l'économie ralentir", explique Rob Wood, économiste de la banque Berenberg. Les établissements de crédit britanniques doivent, depuis avril, durcir les contrôles effectués avant d'accorder des prêts immobiliers et la Banque d'Angleterre a plafonné en juin le montant que les acquéreurs peuvent emprunter, dans le but d'endiguer la montée de l'endettement des ménages. L'efficacité de ces mesures est toutefois sujette à caution: l'octroi de prêts immobiliers a diminué depuis avril mais il est reparti à la hausse en juin. "Alors que l'offre reste faible, la demande de logement demeure soutenue par la poursuite de la reprise économique, la croissance de l'emploi, l'amélioration de la confiance des ménages et la faiblesse des taux du crédit immobilier", résume Stephen Noakes, directeur du crédit immobilier chez Halifax. Il ajoute toutefois que les salaires augmentent actuellement moins vite que l'inflation, un facteur susceptible de peser sur la hausse des prix immobiliers à moyen terme. A Londres, la hausse des prix des logements a atteint 15,9% sur un an au deuxième trimestre, contre 8,8% à l'échelle nationale. (David Milliken; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gvigner3 le mercredi 6 aout 2014 à 11:03

    Comment font-ils au UK pr encore être propriétaires avec ces niveaux de prix?