GB-La croissance a accéléré au T2 avec la production industrielle

le
0
    LONDRES, 27 juillet (Reuters) - La croissance de l'économie 
britannique a accéléré au deuxième trimestre, marqué par le vote 
en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union 
européenne, grâce à la plus forte progression de la production 
industrielle depuis 1999, montrent les données publiées mercredi 
par l'Office national de la statistique (ONS). 
    La croissance a été de 0,6% d'un trimestre sur l'autre 
suivant une première estimation, supérieure aux attentes des 
économistes qui tablaient sur une croissance de 0,4% comme au 
premier trimestre.  
    En rythme annuel, la croissance ressort à 2,2%, sa meilleure 
performance depuis le deuxième trimestre 2015, contre 2,0% 
attendu par les économistes.  
    La performance de l'économie britannique sur la période n'a 
pas été affectée par les effets du Brexit, le vote aboutissant à 
la décision de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union 
européenne s'étant tenu le 23 juin.  
    L'accélération de la croissance au deuxième trimestre 
résulte de la progression de l'activité dans l'industrie, les 
services et la construction en avril mais cet effet s'est 
largement dissipé en mai et juin, à l'approche du référendum. 
    L'économie britannique a subi en juillet sa plus forte 
contraction depuis la crise financière mondiale de 2008-2009, 
ont montré les premiers résultats de l'enquête mensuelle Markit 
auprès des directeurs d'achats, publiés vendredi.   
    Une enquête réalisée par Reuters auprès d'économistes a 
montré la semaine dernière qu'ils s'attendent à ce que la 
Grande-Bretagne tombe en récession dans l'année à venir.  
    La Banque d'Angleterre (BoE), qui prévoyait une croissance 
de 0,5% au deuxième trimestre, a laissé entendre qu'elle 
pourrait baisser ses taux directeurs pour la première fois 
depuis 2009 dès la réunion de son comité de politique monétaire 
de la semaine prochaine.  
    La BoE avait toutefois pris les investisseurs de court le 
mois dernier en laissant sa politique monétaire inchangée tout 
en laissant la porte ouverte à un prochain assouplissement.  
    Philip Hammond, le nouveau ministre des Finances, s'est 
félicité des chiffres du PIB qui selon lui montrent que les 
fondamentaux de l'économie britanniques demeurent solides. 
    Il a ajouté que son gouvernement, avec la Banque 
d'Angleterre, ferait le nécessaire pour soutenir l'économie. 
    L'ONS a dit que l'accélération de la croissance sur la 
période avril-juin avait été alimentée par la hausse de la 
production dans les services et surtout dans l'industrie où elle 
a progressé de 2,1% sur la période, sa plus forte progression 
depuis 1999.  
     
    Tableau de la statistique   
     
 
 (Andy Bruce et Ana Nicolaci da Costa, Marc Joanny pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant