GB-La Banque d'Angleterre préfère attendre août avant d'agir

le , mis à jour à 18:02
0
    * Une majorité d'économistes attendaient une baisse de taux 
    * La BoE évoque un probable assouplissement en août 
    * Un membre du MPC a voté pour une baisse de taux 
    * La livre en hausse, la Bourse de Londres a effacé ses 
gains 
 
 (Répétition mastic) 
    par William Schomberg et David Milliken 
    LONDRES, 14 juillet (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) 
a laissé son taux directeur inchangé jeudi, prenant à 
contre-pied bon nombre d'investisseurs, mais elle a laissé 
entendre qu'elle pourrait dévoiler dans trois semaines un plan 
de soutien à l'économie face à l'impact attendu du vote des 
Britanniques pour la sortie du pays de l'Union européenne. 
    La livre sterling a gagné jusqu'à plus de 2% après l'annonce 
du maintien du taux d'intervention à 0,5% alors qu'une majorité 
des économistes interrogés par Reuters mercredi s'attendaient à 
le voir réduit pour la première fois depuis plus de sept ans. 
    Il y a deux semaines, le gouverneur de la BoE, Mark Carney, 
avait déclaré que l'institution pourrait annoncer de nouvelles 
mesures dans le courant de l'été. Mais jeudi, le Comité de 
politique monétaire a choisi d'attendre trois semaines de plus.  
    "En l'absence d'une dégradation supplémentaire du compromis 
entre le soutien à la croissance et le retour de l'inflation 
vers l'objectif de manière durable, la majorité des membres du 
Comité s'attendent à ce que la politique monétaire soit 
assouplie en août", déclare la BoE dans le compte-rendu de sa 
réunion.  
    "L'ampleur et la nature précises des éventuelles mesures de 
soutien seront déterminées dans le cadre de l'examen des 
prévisions et du rapport sur l'inflation d'août", ajoute-t-elle. 
    Sur les neuf membres du Comité de politique monétaire (MPC), 
un seul, Jan Vlieghe, a voté pour une baisse de taux.  
    Après la baisse du taux directeur à 0,25% anticipée pour ce 
jeudi, les économistes interrogés mercredi s'attendaient à ce 
que la BoE relance le 4 août ses achats d'emprunts d'Etat, 
plafonnés jusqu'à présent à 375 milliards de livres (450 
milliards d'euros). 
     
    CARNEY A JETÉ DE L'HUILE SUR LE FEU, ESTIME UN ÉCONOMISTE 
    Pour Chris Williamson, chef économiste de la société 
d'études Markit, la BoE a choisi de ne pas céder à "une réaction 
réflexe" face au Brexit, mais "les responsables de la politique 
monétaire auront besoin de faire beaucoup plus pour restaurer la 
confiance et assurer que le moteur de l'économie continue de 
tourner au cours des mois à venir". 
    La livre sterling, qui a perdu plus de 13% de sa valeur face 
au dollar depuis le résultat du référendum sur l'UE, a atteint 
un plus haut de deux semaines à 1,3480 dollar  GBP=  après 
l'annonce du statu quo monétaire, tandis que les rendements des 
emprunts d'Etat britanniques remontaient. 
    L'indice FTSE-100  .FTSE  de la Bourse de Londres a 
parallèlement effacé ses gains et il était dans le rouge à moins 
d'un quart d'heure de la clôture.  
    Pour certains économistes, Mark Carney a induit le marché en 
erreur en évoquant un prochain soutien dans son discours du 30 
juin, alimentant ainsi les anticipations d'une baisse de taux 
dès juillet. 
    "Comme si la situation n'était pas assez volatile et 
incertaine, le gouverneur de la BoE a jeté de l'huile sur le 
feu", dit ainsi Alan Clarke, de Scotiabank. 
    D'autres expliquent que la transition plus rapide que prévu 
à la tête du gouvernement, avec la nomination mercredi de 
Theresa May en remplacement de David Cameron, et le retour au 
calme sur les marchés financiers rendaient moins urgent un 
assouplissement de la politique monétaire. 
     
    UN PLAN CONCERTÉ BOE-GOUVERNEMENT EN AOÛT ?  
    Victoria Clarke, économiste d'Investec, juge quant à elle 
possible que la BoE et le nouveau gouvernement préparent un plan 
d'action concerté qui serait dévoilé en août. 
    "Quoi qu'on puisse en conclure, il est certain que le 
compte-rendu du MPC d'aujourd'hui prépare les marchés à bien 
plus qu'une simple baisse du taux d'intervention le 4 août", 
dit-elle. 
    Le gouverneur de la BoE, Mark Carney, devait rencontrer 
jeudi le nouveau ministre des Finances, Philip Hammond, nommé la 
veille par Theresa May.  
    Quelques heures seulement après sa nomination, Philip 
Hammond a assuré que le gouvernement ferait tout ce qui serait 
nécessaire pour restaurer la confiance dans l'économie, laissant 
entrevoir un assouplissement de la politique de Londres en 
matière de réduction du déficit budgétaire.   
    Le 30 juin, Mark Carney avait suggéré qu'il n'était pas 
favorable à une forte baisse des coûts d'emprunt en raison de 
l'impact probable d'une telle mesure sur les banques basées en 
Grande-Bretagne. Il avait ajouté qu'il n'entendait pas emboîter 
le pas à la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du 
Japon en matière de taux d'intérêt négatifs. 
    Dans le compte-rendu du MPC publié jeudi, la BoE précise que 
les mesures de soutien à venir "prendront en compte toute 
interaction avec le système financier". 
    Le MPC a relevé sa prévision de croissance au Royaume-Uni 
pour le deuxième trimestre, à 0,5% contre 0,3% auparavant mais 
il a ajouté que la croissance devrait ralentir à court terme à 
cause du résultat du référendum.  
    Il a nettement abaissé ses prévisions d'investissement dans 
le secteur de la construction résidentielle, tout comme ses 
prévisions d'évolution des prix de l'immobilier.  
    La BoE dit ainsi s'attendre à "une chute d'ampleur" des prix 
de l'immobilier commercial à court terme.  
     
 
 (avec Sudip Kar-Gupta; Marc Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux