GB-L'industrie réduit de moitié sa prévision de croissance

le
0

LONDRES, 7 septembre (Reuters) - L'EEF, première fédération industrielle britannique, a réduit de moitié sa prévision de croissance cette année en raison d'une chute des commandes à l'exportation à leur niveau le plus bas depuis la crise financière. En outre, font valoir les cabinets de recrutement, une pénurie de personnels qualifiés aboutit à une hausse des salaires mais pas à une croissance comparable de l'emploi. L'industrie britannique a connu une croissance de 3,1% en 2014, sa meilleure performance depuis 2010, mais l'EEF anticipe désormais une croissance ramenée à 0,7% cette année, alors qu'elle projetait auparavant 1,5%. "Même si les indicateurs économiques attestent toujours d'une croissance solide, l'industrie britannique doit faire face à des risques sans nombre à l'étranger et cela commence à se sentir", dit Lee Hopley, chef économiste de l'EEF. L'EEF précise que la proportion d'industriels britanniques à faire état d'une croissance de l'activité est la plus faible depuis 2009 et que les commandes à l'exportation sont au plus bas depuis six ans, dressant ainsi un panorama plus sombre que ne l'avait fait l'indice manufacturier PMI la semaine dernière. ID:nL5N1164A2 Pour les autorités monétaires de Grande-Bretagne et des Etats-Unis, en attente d'amorcer une remontée des taux d'intérêt, la situation est toutefois plus complexe. Les conditions d'activité internes sont excellents et un marché de l'emploi tendu tend à pousser les salaires vers le haut. Un rapport de la Recruitment and Employment Confederation, organisme qui représente les cabinets de recrutement, observe que le nombre de placements en CDI conclus par ses membres avait connu sa hausse la plus faible depuis plus de deux ans. "Même si la demande de travail reste forte, les embauches ont souvent été entravées par le manque de candidats qualifiés", observe cet organisme, ajoutant que le nombre de personnes à la recherche d'un poste avait diminué dans une proportion inédite depuis un an. Selon les chiffres officiels, les salaires hors primes ont augmenté de 2,8% en Grande-Bretagne au deuxième trimestre, une hausse annuelle et réelle sans précédent depuis la mi-2007, tandis que l'emploi a reflué par rapport au niveau record du premier trimestre. (David Milliken, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant