GB/Indicateurs-Les ventes au détail en hausse de 2,3%, bien plus qu'attendu

le
0
    LONDRES, 19 février (Reuters) - Les principaux indicateurs 
macro-économiques britanniques publiés ce mois-ci: 
     
    * LES VENTES AU DÉTAIL EN PROGRÈS DE 2,3%, NETTEMENT 
MEILLEURES QU'ATTENDU 
    Les ventes au détail en Grande-Bretagne ont progressé de 
2,3% en janvier par rapport au mois précédent, un chiffre 
nettement supérieur aux attentes, montrent les données publiées 
vendredi par l'Office national de la statistique (ONS). 
    La hausse de 2,3% des ventes de détail par rapport à 
décembre, mois durant lequel elles ont baissé de 1,4%, dépasse 
largement les anticipations, qui prévoyaient en moyenne une 
hausse de 0,8%.  
    Par rapport à janvier 2015, elles ont augmenté de 5,2%, 
quant les attentes se portaient à +3,6%. 
    Toutes les catégories de commerces ont participé à cette 
croissance, a dit l'ONS, les ventes de la catégorie 
habillement-chaussures ayant notamment progressé de 3,3% au mois 
de janvier. 
    La fédération britannique du commerce de détail (BRC), 
composée principalement des grands groupes du secteur privé, a 
dit auparavant que la croissance du commerce de détail avait 
atteint en janvier son plus haut niveau en quatre mois. 
    Tableau   
     
    * L'EXCÉDENT BUDGÉTAIRE DE JANVIER AU PLUS HAUT DEPUIS 2008  
    19 février - Les finances publiques britanniques ont 
enregistré en janvier leur plus important excédent pour le 
premier mois de l'année depuis 2008, montrent les statistiques 
officielles publiées vendredi.  
    Hors banques, cet excédent a atteint 11,210 milliards de 
livres (14,4 milliards d'euros) contre 10,217 milliards un an 
plus tôt. Il est toutefois inférieur au montant de 12,65 
milliards attendu par le consensus Reuters. 
    Janvier est généralement un mois excédentaire pour les 
finances publiques britanniques en raison d'un calendrier fiscal 
favorable.  
    A deux mois de la fin de l'exercice budgétaire, les emprunts 
publics atteignaient fin janvier 66,5 milliards de livres, ce 
qui signifie qu'ils devront être limités à sept milliards au 
plus sur février-mars pour que le gouvernement Cameron tienne 
son objectif de déficit de 73,5 milliards.  
    Tableau   
     
    * LE TAUX DE CHÔMAGE INCHANGÉ, LA CROISSANCE DES SALAIRES 
FREINÉE 
    17 février - Le taux de chômage en Grande-Bretagne est resté 
inchangé à 5,1% au quatrième trimestre, montrent les 
statistiques officielles publiées mercredi, mais la croissance 
des salaires a ralenti.  
    Le nombre de demandes d'indemnisation chômage a lui diminué 
de 14.800 en janvier à 760.200, son plus bas niveau depuis 1975. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne un recul du taux de chômage à 5,0% et une baisse de 
3.000 seulement des demandes d'indemnisation. 
    La hausse des salaires en rythme annuel est revenue à 1,9% 
sur octobre-décembre, le chiffre le plus faible enregistré 
depuis février. Hors prime, les rémunérations ont progressé en 
moyenne de 2,0% sur un an sur les trois derniers mois de 2015.  
    "Alors que le taux d'emploi continue d'atteindre de nouveaux 
plus hauts et que les postes vacants sont plus nombreux que 
jamais, la croissance des rémunérations reste contenue et 
nettement inférieure au pic précédent de la mi-2015", constate 
Nick Palmer, statisticien de l'ONS, l'institut national de la 
statistique.  
    Tableau   
     
    * LE TAUX D'INFLATION À UN PLUS HAUT D'UN AN EN JANVIER 
    16 février - Le taux d'inflation britannique s'est établi à 
son plus haut niveau depuis un an en janvier, laissant entrevoir 
des signes modestes d'une remontée des prix à la consommation 
après une année 2015 marquée par des plus bas records, montrent 
des données officielles publiées mardi. 
    Les prix à la consommation ont diminué en janvier de 0,8% 
sur un mois, reflétant les promotions d'après les fêtes et une 
baisse des tarifs aériens. Mais sur un an, ils ont progressé de 
0,3%, soit le rythme annuel le plus élevé depuis janvier 2015, 
selon l'Office national de la statistique (ONS), et conformément 
aux attentes des économistes interrogés par Reuters. 
    En 2015, le taux d'inflation s'était établi à zéro en 
moyenne, du jamais vu depuis le début des statistiques en 1950. 
    La Banque d'Angleterre (BoE) a dit début février s'attendre 
à une inflation inférieure à 1% pour 2016, un taux très éloigné 
de son objectif de 2%, qu'elle estime néanmoins pouvoir 
atteindre à un horizon de deux ans.   
    La remontée de l'inflation en janvier est due à une moindre 
baisse du prix des denrées alimentaires et de l'énergie par 
rapport à l'année précédente, et à une légère progression de 
ceux de l'habillement, a précisé l'ONS. 
    Le pétrole de la Mer du Nord  LCOc1  est tombé à un bas 
record de 27,10 dollars (24,25 euros) le mois dernier, en baisse 
de près de moitié en 12 mois. Mais le prix des carburants et 
lubrifiants n'a baissé que de 7,3% par rapport à janvier 2015, 
son recul le plus faible depuis novembre 2014. 
    L'inflation dite de base, qui exclut les prix de l'énergie, 
des aliments, de l'alcool et du tabac, a diminué plus que prévu, 
de 1,2%, en raison d'une forte baisse des billes d'avion. 
    Les prix producteurs ont reculé de 1,0%, contre un recul de 
0,9% prévu par les économistes. 
    L'ONS a par ailleurs fait état pour décembre d'une hausse de 
6,7% des prix immobiliers en rythme annuel, après +7,7% en 
novembre. 
    Tableau   
     
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN BAISSE DE 1,1% EN DÉCEMBRE 
    10 février - La production industrielle britannique a subi 
en décembre sa plus forte contraction mensuelle depuis 2012 en 
raison notamment du recul de l'extraction minière, pétrolière et 
gazière et de la production manufacturière, montrent les données 
publiées mercredi par l'Office national de la statistique (ONS). 
    L'ONS a aussi révisé à la baisse sa prévision de production 
industrielle au quatrième trimestre pour anticiper désormais un 
déclin de 0,5% contre un recul précédemment estimé à 0,2%. Il 
précise que cela aura un impact négligeable sur son estimation 
du produit intérieur brut (PIB). 
    La production industrielle a baissé de 1,1% sur un mois en 
décembre après -0,8% le mois précédent. Les économistes 
interrogés par Reuters s'attendaient à une contraction limitée à 
0,1%. 
    La production manufacturière a enregistré en décembre un 
troisième repli mensuel consécutif (-0,2%), une première depuis 
début 2009. 
    La production industrielle et la production manufacturière 
ont toutes deux subi en décembre leur plus forte baisse annuelle 
depuis mi-2013.     
    Tableau   
    
    * LE DÉFICIT COMMERCIAL S'EST CREUSÉ À £10,35 MDS AU T4 
    9 février- Le déficit commercial du Royaume-Uni avec le 
reste du monde s'est creusé au quatrième trimestre et a 
probablement pesé sur la croissance, en dépit d'une amélioration 
sur le seul mois de décembre. 
    Selon les données publiées mardi par l'institut national de 
la statistique (ONS), le déficit commercial total (biens et 
services) a atteint 10,352 milliards de livres (13,373 milliards 
d'euros) contre 8,575 milliards au troisième trimestre. Sur 
l'ensemble de 2015, il a totalisé 125,028 milliards de livres, 
un record, contre 123,143 milliards en 2014. 
    Sur le seul mois de décembre, le déficit commercial a reculé 
toutefois à 2,709 milliards contre 4,031 milliards, à la faveur 
de la baisse en valeur des importations pétrolières revenues à 
leur plus bas niveau depuis février 2009. Le cours du Brent 
 CLc1  a baissé de 16% en décembre et de 35% sur l'ensemble de 
2015, au profit du commerce extérieur britannique puisque le 
pays est à présent importateur net de pétrole. 
    Le déficit des seules marchandises a diminué à 9,917 
milliards de livres contre 11,503 milliards, à comparer à un 
consensus de 10,4 milliards. 
    Le déficit pour le commerce de marchandises avec les autres 
pays de l'Union européenne (UE) s'est creusé à 23,191 milliards 
de livres au quatrième trimestre, un record.  
    Au troisième trimestre, le déficit commercial avait amputé 
d'un point le taux de croissance qui avait ralenti à 0,4%. 
    Tableau   
 
 (Service économique) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux