GB/Indicateurs-Le déficit public plus élevé que prévu en août

le , mis à jour le
0
    LONDRES, 21 septembre (Reuters) - Les principaux indicateurs 
macroéconomiques britanniques publiés depuis le début du mois: 
     
    *  DÉFICIT BUDGÉTAIRE RÉDUIT DE £10,55 MDS EN AOÛT 
    21 septembre - Le gouvernement a emprunté un peu plus que 
prévu le mois dernier, ce qui laisse peu de marges de manoeuvre 
au ministre des Finances Philip Hammond, qui doit préparer le 
premier budget du pays suivant la décision de ses électeurs de 
quitter l'Union européenne. 
    Selon des données publiées mercredi par l'ONS, l'institut 
national de la statistique, le déficit, hors secteur bancaire, 
est ressorti à 10,55 milliards de livres (12,3 milliards 
d'euros) contre 11,47 milliards en août 2015. 
    Les économistes interrogés par Reuters attendaient en 
moyenne un déficit de 10,5 milliards. 
    Selon l'ONS, il n'y a pas à ce stade la moindre trace d'un 
impact sur les finances publiques du résultat du référendum du 
23 juin sur le "Brexit". 
    Sur les cinq premiers mois de l'exercice fiscal 2016-2017, 
le total des emprunts du gouvernement a reculé de près de 13%, à 
33,8 milliards de livres. 
    La prévision officielle d'un déficit ramené à 55,5 milliards 
de livres sur l'ensemble de l'exercice paraît hors de portée 
avec le ralentissement prévu de l'activité économique suite au 
votre en faveur d'une sortie de l'UE. 
    Philip Hammond a déjà abandonné l'objectif de son 
prédécesseur George Osborne de dégager un excédent budgétaire 
d'ici 2020. 
    Tableau    
     
     
    * LES VENTES AU DÉTAIL RECULENT MOINS QUE PRÉVU 
    15 septembre - Après leur envolée du mois de juillet, les 
ventes au détail ont légèrement reculé en août, mais moins que 
prévu, ce qui suggère que la décision de sortir de l'Union 
européenne adoptée par référendum le 23 juin n'affecte que 
modérément la consommation. 
    Selon des données publiées jeudi par l'ONS, l'institut 
national de la statistique, ces ventes ont reculé de 0,2% en 
août après un bond révisé en hausse à 1,9% en juillet, la 
meilleure performance en 14 ans pour ce mois. 
    Les économistes s'attendaient en moyenne à un repli de 0,4% 
en août. 
    Sur un an, la hausse des ventes au détail est de 6,2%, 
contre un consensus de +5,4% et une progression de 6,3% en 
juillet. Hors essence, les ventes au détail ont, toujours sur un 
an, augmenté de 5,9% en août, soit leur hausse la plus soutenue 
depuis novembre 2014. 
    "La tendance sous-jacente dans le secteur de la distribution 
reste celle d'une croissance solide. Dans leur ensemble, les 
données ne suggèrent pas de détérioration marquée de la 
confiance du consommateur après le référendum", a déclaré Mel 
Richard, statisticien chez l'ONS. 
    Tableau   
         
    * LE CHÔMAGE QUASI-STABLE, LA HAUSSE DES SALAIRES RALENTIT 
    14 septembre - Le marché du travail ne semble pas avoir 
souffert pour l'instant du vote pour la sortie du pays de 
l'Union européenne, le taux de chômage restant stable et les 
créations de postes s'accélérant sur les trois mois à fin 
juillet, montrent les statistiques officielles publiées 
mercredi. 
    Mais la croissance des salaires a ralenti, ce qui pourrait 
augurer d'une période délicate pour la consommation puisque la 
chute de la livre provoquée par le résultat du référendum du 23 
juin devrait faire monter l'inflation. 
    Le taux de chômage est resté inchangé à 4,9% sur les trois 
mois à fin juin, un chiffre conforme au consensus Reuters des 
estimations d'économistes. 
    Le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 
174.000 sur la période, portant le taux d'emploi à un niveau 
record de 74,5%, a précisé l'ONS, l'institut national de la 
statistique. 
    Sur le seul mois de juillet, le taux de chômage - calculé 
sur une base plus étroite et moins représentative que la 
statistique sur trois mois - ressort en baisse à 4,7%, au plus 
bas depuis septembre 2005. 
    Le nombre de demandeurs d'allocations chômage a quant à lui 
augmenté de 2.400 en août à 771.000, après une baisse de 3.600 
en juillet. Les économistes prévoyaient une hausse de 1.800 en 
moyenne. 
    Les rémunérations sur les trois mois à fin juillet ont 
augmenté de 2,3% en rythme annuel, contre +2,5% à fin juin. Les 
économistes s'attendaient toutefois à un ralentissement plus 
marqué, à +2,1%. 
    Hors primes, la hausse des salaires a été de 2,1% sur un an, 
contre +2,2% attendu et son ralentissement a été plus marqué en 
juillet, précise l'ONS. 
    Tableau   
     
    * L'INFLATION RESTE STABLE À 0,6% SUR UN AN  
    13 septembre - L'inflation est restée stable en août alors 
que le marché s'attendait à une légère accélération, montrent 
les statistiques officielles publiées mardi, ce qui permet à la 
Banque d'Angleterre de continuer à envisager une nouvelle baisse 
de taux malgré l'envolée des prix des matières premières. 
    L'indice des prix à la consommation (CPI) a enregistré le 
mois dernier une hausse de 0,6% sur un an, comme en juillet, 
alors que les économistes prévoyaient en moyenne un chiffre de 
0,7%. 
    La baisse des prix de l'habillement, de l'hôtellerie et des 
vins a compensé l'impact de la hausse de ceux des carburants, 
des produits alimentaires et du transport aérien, précise l'ONS, 
l'institut national de la statistique. 
    "Les coûts des matières premières ont augmenté pour le 
deuxième mois consécutif, en partie à cause de la dépréciation 
de la livre sterling, même s'il y a pour l'instant peu 
d'éléments attestant de la propagation de ce mouvement aux prix 
à la consommation", explique Mike Prestwood, statisticien à 
l'ONS. 
    La Banque d'Angleterre a déclaré le mois dernier que la 
chute de 10% de la livre face au dollar et à l'euro depuis le 
référendum du 23 juin sur l'Union européenne devrait se traduire 
temporairement par une inflation supérieure à son objectif, fixé 
à 2%. Mais elle a ajouté que la plupart de ses responsables 
tablaient sur une nouvelle baisse de taux d'ici la fin de 
l'année.  
    La BoE devrait toutefois opter pour le statu quo lors de sa 
réunion de jeudi.  
    Les statistiques mensuelles des prix à la production 
publiées par l'ONS montrent entre autres que les prix d'achat 
ont augmenté de 7,6% sur un an en août, leur plus forte hausse 
depuis décembre 2011. Mais les prix facturés n'ont augmenté que 
de 0,8%, moins qu'attendu même s'il s'agit du chiffre le plus 
élevé depuis janvier 2014. 
    Tableau des prix à la consommation   
    Tableau des prix à la production   
     
    * LE DÉFICIT COMMERCIAL A DIMINUÉ À £4,5 MILLIARDS EN 
JUILLET 
    9 septembre - Le déficit commercial global a diminué en 
juillet, à 4,502 milliards de livres contre 5,573 milliards le 
mois précédent, a annoncé vendredi l'Office national de la 
statistique (ONS). 
    Le seul déficit marchand s'est élevé à 11,764 milliards de 
livres contre 12,92 milliards, conforme à un consensus qui le 
donnait à 11,75 milliards. 
    Les exportations de marchandises ont augmenté de 2,0%, après 
un recul de 1,8% en juin, tandis que les importations ont fléchi 
de 3,6% alors qu'elles avaient augmenté de 5,4% en juin. 
    L'ONS juge qu'il serait prématuré de penser que la forte 
baisse du sterling qui a suivi le vote favorable au Brexit 
explique cette hausse des exportations en volume. 
    Tableau:       
     
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE AUGMENTE DE 0,1% 
    7 septembre - La production industrielle a augmenté de 0,1% 
en juillet, portée par la production de pétrole et de gaz, après 
avoir stagné le mois précédent, montrent les données publiés 
mercredi par l'Office des statistiques nationales (ONS). 
    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en 
revanche à un recul de 0,2%. 
    La production manufacturière a en revanche baissé de 0,9%, 
après un recul de 0,2% en juin, pénalisée notamment par le 
secteur pharmaceutique, très volatil. Les économistes interrogés 
par Reuters attendaient une baisse de 0,4% en juillet. 
    L'ONS dit n'avoir pas constaté pour l'instant d'effet 
bénéfique sur l'activité manufacturière du repli de la livre 
sterling consécutif au vote des Britanniques en faveur d'une 
sortie de l'Union européenne. 
    Tableau :   
       
    * Récapitulatif des indicateurs du mois d'août : 
  
 
 (Service économique) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux