GB/Indicateurs-Le déficit budgétaire s'est creusé en août

le , mis à jour le
0

LONDRES, 22 septembre (Reuters) - Les principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés ce mois-ci : * DÉFICIT BUDGÉTAIRE LE PLUS ÉLEVÉ DEPUIS 2012 EN AOÛT 22 septembre - Le déficit budgétaire britannique s'est creusé de manière inattendue en août du fait de recettes fiscales bien inférieures à la moyenne, selon les données publiées mardi par l'office national de la statistique (ONS). Le déficit a atteint 12,1 milliards de livres (16,7 milliards d'euros) contre 10,7 milliards un an plus tôt, le chiffre le plus élevé pour un mois d'août depuis 2012. Les économistes prévoyaient en moyenne 9,0 milliards. L'ONS a expliqué le déficit accru par le fait que le paiement des impôts sur le revenu, dû en juillet mais généralement étalé sur les deux mois de juillet et août, avait été cette année largement concentré sur juillet. Sur les cinq premiers mois de l'exercice fiscal 2015-2016, le déficit budgétaire ressort en baisse de plus de 10% par rapport à la période avril-août 2014, à 38,4 milliards de livres, soit son plus bas niveau sur cinq mois depuis 2008. Le ministre des Finances George Osborne a dit en juillet viser un déficit de 69,5 milliards de livres cette année, soit 3,7% du produit intérieur brut, contre 89,2 milliards sur l'exercice clos en mars, avec en ligne de mire l'objectif d'un excédent budgétaire en 2019-2020. * LES VENTES AU DÉTAIL EN HAUSSE DE 0,2% EN AOÛT 17 septembre - Les ventes au détail ont légèrement progressé en août en Grande-Bretagne après avoir été à la traîne deux mois de suite, soutenues par les ventes de vêtements, notamment d'uniformes scolaires, montrent les chiffres publiés jeudi par l'Office national de la statistique. Ces ventes ont augmenté de 0,2% d'un mois sur l'autre et de 3,7% sur un an, après n'avoir progressé que de 0,1% en juillet et baissé de 0,2% en juin, en variations mensuelles. Pour août, les économistes s'attendaient à les voir augmenter de 0,2% sur un mois et de 3,8% sur un an. Les ventes de textiles, vêtements et chaussures ont augmenté de 2,3% le mois dernier, leur plus forte hausse depuis le mois d'avril, et de 1,9% par rapport à août 2014. Tableau ID:nL9N0CA01P * 1.200 CHÔMEURS DE PLUS, LA HAUSSE DES SALAIRES S'AMPLIFIE 16 septembre - Le nombre de demandeurs d'emploi en Grande-Bretagne a augmenté de 1.200 en août après une baisse de 6.800 en juillet, montrent les statistiques officielles publiées mercredi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une diminution de 5.000 des effectifs du chômage. Calculé selon les normes du Bureau international du travail, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 10.000 sur la période mai-juillet et le taux de chômage est resté stable à 5,5%, son plus bas niveau historique. Le salaire hebdomadaire moyen hors primes affiche lui une hausse de 2,9% en rythme annuel sur la période, la plus forte progression enregistrée depuis début 2009, a précisé l'Office national de la statistique (ONS). Sur le seul mois de juin, la hausse des salaires atteint 3,2%. L'évolution des salaires est surveillée de près par la Banque d'Angleterre et fait partie des éléments qui pourraient la conduire à relever son taux directeur au cours des prochains mois. Tableau ID:nL9N0MN00B * L'INFLATION RETOMBE À ZÉRO EN AOÛT 15 septembre - L'inflation britannique est redevenue nulle au mois d'août en raison notamment de la baisse des cours du pétrole, montrent les chiffres publiés mardi par l'institut national de la statistique (ONS). Les prix à la consommation ont augmenté de 0,2% d'un mois sur l'autre mais sont inchangés sur un an. Ce résultat est proche des prévisions des économistes, qui s'attendaient à une baisse des prix de 0,1% sur un an, mais très éloigné de l'objectif de la Banque d'Angleterre (BoE), qui vise 2% d'inflation. La chute des prix du pétrole et une augmentation saisonnière plus faible que l'an dernier pour les prix des vêtements expliquent le ralentissement de l'inflation, selon l'ONS. La BoE s'attend à voir le taux d'inflation se maintenir proche de zéro dans les mois à venir après avoir fait une incursion en territoire négatif au mois d'avril, pour la première fois depuis 1960. Tableau ID:nL9N0KU019 * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE RECULE EN JUILLET 9 septembre - La production industrielle a reculé de 0,4% au mois de juillet en Grande-Bretagne, en raison notamment de l'arrêt estival des chaînes de montage dans l'industrie automobile intervenu cette année plus tôt que d'habitude. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une augmentation de 0,1%. Le sous-indice de la production manufacturière a reculé pour sa part de 0,8%, alors que les économistes s'attendaient à le voir progresser de 0,2%. L'industrie britannique souffre à la fois d'une demande en baisse en Europe et sur d'autres marchés et de la vigueur de la livre sterling. La croissance de l'économie britannique dépend en conséquence plus que jamais de l'activité des services, ce qui complique la tâche de la Banque d'Angleterre au moment où elle envisage de resserrer sa politique monétaire. Tableau ID:nS8N0TV019 * LE DÉFICIT COMMERCIAL S'EST NETTEMENT CREUSÉ EN JUILLET 9 septembre - Le déficit commercial marchand a atteint 11,082 milliards de livres en juillet, le plus élevé en un an, a annoncé mercredi l'Office national de la statistique (ONS). Les exportations ont chuté de plus de 9%, un recul sans précédent depuis juillet 2006 et notable surtout dans les secteurs de la chimie et des produits manufacturés. Si l'on intègre l'excédent des services, le déficit commercial global s'est creusé à 3,371 milliards de livres, soit quatre fois plus qu'en juin mais en ligne avec ses niveaux du début de l'année. Le déficit commercial s'était sensiblement réduit d'avril à juin, dopant d'autant la croissance économique de cette période. Mais les économistes pensaient que cela ne durerait pas en raison de la faiblesse de la demande dans de nombreux pays et de la vigueur du sterling. (Service économique)

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux