GB/Indicateurs-Excédent budgétaire plus faible que prévu en juillet

le , mis à jour le
0
    LONDRES, 19 août (Reuters) - Les principaux indicateurs 
macroéconomiques britanniques publiés depuis le début du mois: 
     
    * MALGRÉ UN SOLIDE IS, L'EXCÉDENT BUDGÉTAIRE EST EN DEÇÀ DES 
ATTENTES 
    19 août - L'excédent budgétaire a été plus faible que prévu 
en juillet en dépit de solides recettes tirées de l'impôt sur 
les sociétés (IS), suivant les premières données budgétaires 
publiées par l'Office national de la statistique depuis la 
victoire du Brexit au référendum du 23 juin. 
    Hors secteur bancaire public, l'excédent budgétaire a été de 
près d'un milliard de livres le mois dernier, contre près de 1,2 
milliard en juillet 2015. Les économistes interrogés par Reuters 
projetait un excédent de 1,6 milliard. 
    Les recettes de l'IS, qui dopent habituellement les chiffres 
budgétaires de juillet, ont représenté 7,5 milliards de livres, 
un montant sans précédent pour ce mois-ci depuis 2011. 
    Sur les quatre premiers mois de l'exercice budgétaire 
2016-2017, le déficit public est en baisse de 11,3% sur la 
période avril-juillet 2015, à 23,7 milliards de livres. 
    Le déficit budgétaire représentait 4,0% du PIB à la fin de 
l'exercice précédent, le 31 mars. 
      
    Tableau:      
     
    * MÉTÉO ET LIVRE FAIBLE ONT DOPÉ LES VENTES AU DÉTAIL 
    18 août - Les consommateurs britanniques ont apparemment 
ignoré le choc du Brexit en juillet, permettant aux ventes au 
détail d'enregistrer une hausse nettement supérieure aux 
attentes, montrent les statistiques officielles publiées jeudi. 
    Les températures élevées enregistrées durant le mois ont 
favorisé les achats de vêtements tandis que la dépréciation de 
la livre sterling attirait les acheteurs étrangers de produits 
de luxe.  
    Au total, les ventes au détail ont augmenté de 1,4% par 
rapport à juin, un chiffre supérieur à la plus optimiste des 
estimations d'économistes recueillies par Reuters, dont la 
moyenne donnait une progression de 0,2% seulement. 
    "La météo plus favorable de cette année pourrait avoir joué 
un rôle clé, les ventes d'habillement et de chaussures s'étant 
particulièrement bien portées", a commenté Joe Grice, conseiller 
économique de l'ONS, l'institut national de la statistique. 
    Cette catégorie montre en effet un bond de 3,5% des ventes 
sur un mois.  
    "Il faut aussi noter les réponses des personnes interrogées 
suggérant que la baisse de la livre a incité les visiteurs 
étrangers à dépenser", ajoute Joe Grice. 
    Les ventes d'horlogerie et de joaillerie ont bondi de 16,6% 
le mois dernier par rapport à juillet 2015, leur plus forte 
hausse depuis près de deux ans. 
    Toujours en rythme annuel, les ventes au détail dans leur 
ensemble ont augmenté de 5,9% en juillet, le chiffre le plus 
élevé depuis septembre de l'an dernier, contre +4,2% attendu. 
    Les statistiques des ventes au détail sont par nature 
volatiles et la Banque d'Angleterre devrait attendre de disposer 
d'indications plus précises avant d'en tirer des conclusions en 
matière de politique monétaire.  
     
    Tableau   
     
    * RECUL INATTENDU DU CHÔMAGE MALGRÉ LE CHOC DU BREXIT 
    17 août - Le nombre de demandeurs d'emploi en 
Grande-Bretagne a baissé contre toute attente en juillet en 
dépit du choc économique provoqué par le vote du mois précédent 
pour la sortie du pays de l'Union européenne, montrent les 
statistiques officielles publiées mercredi.  
    L'institut national de la statistique, l'ONS, a fait état 
d'une diminution de 8.600 du nombre de chômeurs le mois dernier, 
après une hausse de 900 en juin.  
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une augmentation de 9.500 des effectifs du chômage en 
juillet.  
    Les chiffres de juillet ont été calculés sur la base des 
données disponibles au 14 juillet, soit trois semaines après le 
scrutin, et pourraient donc n'intégrer qu'en partie l'impact de 
celui-ci, ont prévenu des économistes. 
    Les statistiques de l'ONS montrent aussi que le taux de 
chômage en Grande-Bretagne est resté stable sur la période 
avril-juin à 4,9%, comme attendu par le consensus. 
    Parallèlement, les rémunérations, primes et bonus inclus, 
ont augmenté de 2,4% en rythme annuel sur le trimestre, contre 
+2,3% sur les trois mois à fin mai, un chiffre lui aussi 
conforme aux attentes. 
    Hors primes et bonus, leur hausse est de 2,3% sur un an.  
    Tableau   
     
    * NETTE HAUSSE DES PRIX À LA PRODUCTION EN JUILLET 
    16 août - Les prix à la production en Grande-Bretagne ont 
enregistré en juillet leur plus forte hausse depuis plus de deux 
ans, conséquence de la dépréciation de la livre après le vote du 
23 juin pour la sortie du pays de l'Union européenne, qui a dopé 
les prix à l'importation, montrent les statistiques officielles 
publiées mardi.  
    L'indice des prix à la production a augmenté de 0,3% par 
rapport à juillet 2015, alors que les économistes interrogés par 
Reuters l'attendait inchangé. Il s'agit du chiffre le plus élevé 
enregistré depuis juin 2014. 
    Les prix à la consommation, eux, affichent en rythme annuel 
une hausse de 0,6%, la plus forte depuis novembre 2014, qui 
dépasse légèrement la médiane des estimations des économistes 
(+0,5%). 
    "Il n'y aucun impact évident des résultats du référendum sur 
l'UE sur les chiffres des prix à la consommation d'aujourd'hui 
mais l'indice des prix à la production suggère que la chute du 
taux de change commence à faire monter les prix à l'importation 
payés par les industriels", a déclaré Mike Prestwood, directeur 
des prix à l'ONS, l'institut national de la statistique. 
    Tableau des prix à la consommation   
    Tableau des prix à la production     
         
    * MEILLEUR TRIMESTRE DEPUIS 1999 POUR LA PRODUCTION 
INDUSTRIELLE 
    9 août - La production industrielle britannique a enregistré 
au deuxième trimestre sa plus forte croissance depuis 1999, 
selon les statistiques officielles publiées mardi qui montrent 
que la perspective du référendum du 23 juin sur l'Union 
européenne n'a pas eu d'impact sur l'activité du secteur. 
    La production a augmenté de 0,1% en juin par rapport à mai, 
un chiffre conforme au consensus des estimations des économistes 
interrogés par Reuters, après une baisse de 0,6% en mai.  
    Mais sur l'ensemble du deuxième trimestre, elle affiche une 
hausse de 2,1%, conforme à l'estimation initiale publiée le mois 
dernier avec les premiers chiffres du produit intérieur brut 
(PIB).   
    Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré pour un 
trimestre calendaire depuis le troisième trimestre 1999. 
    "Les incertitudes liées à l'approche du référendum semblent 
avoir eu peu d'impact sur la production, un très faible nombre 
des répondants à nos enquêtes les évoquant comme un problème", a 
déclaré Joe Grice, chef économiste de l'Office national de la 
statistique (ONS). 
    Tableau   
     
    * RECORD DES IMPORTATIONS EN JUIN, DÉFICIT COMMERCIAL PLUS 
LOURD QU'ATTENDU 
    9 août - Le déficit commercial britannique s'est nettement 
creusé en juin en raison d'un montant record d'importations, y 
compris en provenance de l'Union européenne, montrent les 
statistiques publiées mardi par l'ONS. 
    La balance commerciale du Royaume-Uni accuse un déficit 
mensuel de 12,409 milliards de livres (14,54 milliards d'euros), 
après celui de 11,526 milliards enregistré en mai, alors que les 
économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un 
déficit de 10,0 milliards. 
    Il s'agit du montant mensuel le plus élevé depuis mars 2015. 
    Les importations de biens et services ont atteint en juin un 
montant sans précédent de 49,928 milliards de livres. 
    Tableau   
     
    * Récapitulatif des indicateurs de juillet :   
 
 (Service économique) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux