GB Group n’envisage pas (encore) d’OPA sur TMS

le
0

Début août, le groupe italien a acquis 77 % du distributeur liégeois.


Une « success story » du Marché libre d’Euronext s’apprête-t-elle à quitter la cote ? Introduit sur la Bourse parisienne des PME en septembre2003 parce qu’à l’époque, ce segment n’existait pas encore à Bruxelles, TMS a officiellement changé le 1er août dernier d’actionnaire principal (« L’Echo » du 9 août). En l’espace de cinq ans, sa valeur a triplé. L’acquéreur est l’Italien GB Group (Gruppo Borghi), un fabricant de pièces basé à Modène qui occupe environ 800 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 200 millions d’euros. Son offre, qui s’articule autour d’un prix unitaire initial de 18,02 euros, ajustable en fonction des résultats de l’exercice courant (« earn-out »), a emporté l’adhésion des trois fondateurs du distributeur liégeois de pièces de rechange pour camions et engins de chantier et de leurs partenaires financiers, qui détenaient ensemble quelque 92 % des titres TMS. Hors earn-out, la participation cédée est valorisée à 21,4 millions d’euros. Alain Smets, son frère Luc et Walter Brose conserveront toutefois ensemble 15 % du capital de TMS aussi longtemps qu’ils resteront aux commandes de la société. En théorie, rien ne changera donc pour TMS avant ces échéances, en dehors de la composition de son actionnariat et de son conseil d’administration. Il n’entre pas non plus dans les intentions de GB Group de procéder, du moins dans un premier temps, à une OPA sur le solde des titres (8 % sont aux mains du public), et à la radiation sous- jacente de la Bourse de Paris. Légalement du reste, rien ne l’y oblige. Alain Smets estime que cela n’empêchera aucun actionnaire de vendre ses actions s’il le souhaite. «Le développement des affaires qui se profile est un soutien informel fort du cours. Je suis convaincu que personne n’éprouvera de problème à sortir aux niveaux actuels, et que le marché absorbera ces titres sans difficultés. Mais ceux qui resteront peuvent aussi espérer une belle récompense », commente-t-il. Les éventuels ajustements de prix à venir seront en effet fonction de différents paramètres liés à l’évolution de la trésorerie et de la rentabilité. Le bénéfice futur, tout comme un dividende potentiellement élevé, profiteront évidemment à tous les actionnaires, et non seulement à GB Group, fait-il valoir.

Fabian Lacasse


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant