GB-Enquête après des propos alarmants d'un sous-marinier

le , mis à jour à 13:56
0

LONDRES, 18 mai (Reuters) - La marine britannique a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête après la publication d'un dossier rédigé par un ancien sous-marinier qui pointe des défauts majeurs dans la sécurité des sous-marins nucléaires de la Royal Navy et prévient qu'un désastre surviendra "tôt ou tard". Dans ce long rapport publié sur internet, le matelot William McNeilly, qui se décrit comme un ingénieur spécialiste des armes, dit que le système britannique de dissuasion nucléaire Trident est vulnérable, que ce soit en raison des activités des ennemis de la couronne ou d'accidents potentiellement dévastateurs susceptibles de se produire en raison de problème de sécurité. "Nos armes nucléaires sont une cible, grande ouverte face aux attaques", a écrit William McNeilly, qui a servi à bord du HMS Vanguard, l'un des quatre sous-marins nucléaires britanniques qui transportent les missiles Trident. Il a depuis quitté la marine sans laisser de trace. "Il suffit que quelqu'un monte à bord avec une bombe pour commettre la pire attaque que le Royaume-Uni ou le monde ait jamais vue", ajoute-t-il. La Royal Navy s'est dite en désaccord complet avec "les opinions subjectives et infondées", qualifiant William McNeilly de "marin subalterne". Elle a toutefois ajouté qu'elle enquêterait sur ses affirmations et sur la publication non-autorisée de son dossier. "La marine exploite sa flotte sous-marine dans un cadre de sécurité rigoureux et les sous-marins ne prennent pas la mer tant qu'ils ne sont pas tout à fait sûrs", a dit une porte-parole. Selon William McNeilly, les personnes qui montent à bord ne sont pas suffisamment ni correctement fouillées, les entrées dans les boîtes de nuit étant, selon lui, mieux surveillées. "Je sais que pour la plupart de ceux qui connaissent le programme Trident, un désastre se produira tôt ou tard", a-t-il écrit. La police et la marine cherchent à localiser William McNeilly. Une porte-parole du ministère de la Défense a refusé de dire s'il était en état d'arrestation pour violation de la législation sur les secrets officiels. "Notre principale préoccupation est de le retrouver et d'être sûrs qu'il est en sécurité", a-t-elle dit. Le programme Trident prévoit qu'un des quatre sous-marins patrouille en permanence. Ils sont basés à Faslane, près de Glasgow, la plus grande ville d'Ecosse. La décision de les remplacer doit être prise l'année prochaine. Le Scottish National Party, qui a remporté 56 des 59 sièges à pourvoir en Ecosse lors des élections législatives du début du mois, d'y oppose farouchement. "Si elles sont avérées, ces révélations sont extrêmement préoccupantes. Il s'agit d'un catalogue cauchemardesque", a déclaré Angus Robertson, chef de file du SNP à Londres. (Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant