GB-Deux parlementaires nient tout trafic d'influence

le
0

LONDRES, 23 février (Reuters) - Deux anciens ministres britanniques des Affaires étrangères se sont défendus lundi d'avoir commis la moindre malversation après avoir été filmés en train de proposer leurs services à une entreprise chinoise fictive en l'échange de contreparties financières. Malcolm Rifkind, membre éminent du Parti conservateur et le travailliste Jack Straw, secrétaire au Foreign Office lors de l'intervention américano-britannique en Irak, ont tous les deux été suspendus par leur propre formation politique. Ces accusations du Telegraph et de Channel 4 rappellent un précédent scandale de 2010 dans lequel était impliqués d'anciens ministres enregistrés à leur insu en train d'expliquer qu'ils étaient en mesure de monnayer leur influence pour modifier la politique du gouvernement. Avant les élections législatives du 7 mai, ces nouvelles allégations risquent d'attiser le ressentiment des Britanniques à l'égard des principaux partis politiques et d'alimenter le vote en faveur de leurs rivaux anti-establishment. Le chef de file des travaillistes, Ed Miliband, a demandé à ce qu'il soit interdit aux parlementaires d'être rémunérés pour des activités de conseil ou de direction, une proposition rejetée par le Premier ministre David Cameron qui soutient que Westminster "s'enrichit" de la présence de personnes qui ont des activités extérieures. Dans la vidéo, Malcolm Rifkind déclare aux journalistes se faisant passer pour des hommes d'affaires chinois qu'il dispose d'un accès "utile" aux ambassadeurs, tandis que Jack Straw explique comment il a su par le passé discrètement utiliser son influence pour modifier les règles européennes au bénéfice d'une autre entreprise. Les deux hommes ont averti la Commission d'éthique parlementaire et rien dans le rapport de celle-ci ne semble indiquer qu'ils aient commis la moindre malversation. Malcolm Rifkind a déclaré à la BBC qu'il avait rencontré les représentants de l'entreprise pour entendre ce qu'ils avaient à dire sans avoir négocié ou accepté quoi que ce soit de leur part. Il a en outre expliqué que les parlementaires devaient avoir la possibilité de dégager des revenus complémentaires à leur traitement, qui représente le double du salaire moyen national, faute de quoi les personnes les plus qualifiées ne seraient pas candidates à la députation. "Il est assez invraisemblable de penser qu'ils vont faire une carrière parlementaire en acceptant seulement 60.000 livres (81.500 euros)", a-t-il dit. Quant à Jack Straw, qui avait sévèrement critiqué les ministres impliqués dans le scandale de 2010, il est montré dans la vidéo expliquant qu'il demande habituellement 5.000 livres environ pour des activités extérieures. Selon lui, la conversation enregistrée portait sur ce qu'il pourrait faire lorsqu'il aura quitté le Parlement en mai prochain, sa décision de ne pas se représenter dans sa circonscription de Blackburn ayant été annoncée il y a plus d'un an. (Kate Holton,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant