GB-Cameron promet d'appliquer une victoire du "oui" au Brexit

le
0
 (Actualisé avec détails, contexte §4-9) 
    LONDRES, 10 janvier (Reuters) - Si les Britanniques se 
prononcent en faveur d'une sortie de leur pays de l'Union 
européenne lors du référendum qui doit être organisé sur cette 
question avant la fin de 2017, le gouvernement devra s'engager à 
mettre cette décision en oeuvre, indique David Cameron, 
dimanche. 
    Le Premier ministre britannique estime qu'un "Brexit" ne 
constitue pas à ses yeux la meilleure option s'il parvient à 
négocier avec Bruxelles des aménagements dans l'adhésion de la 
Grande-Bretagne au bloc communautaire. 
    "Le peuple britannique prendra sa décision. Nous devons 
obéir à cette décision quelle qu'elle soit", a dit David Cameron 
lors d'un entretien à la BBC. "Si cela (une sortie) est la 
réponse, nous devrons faire tout ce qui est nécessaire pour que 
cela marche", a-t-il ajouté. 
    Un sondage publié jeudi montre qu'une majorité de 
Britanniques, qui déclarent avoir pris une décision sur cette 
question, voteraient pour une sortie de l'Union européenne. 
    Interrogé pour savoir si son gouvernement planchait sur des 
mesures en vue de cette éventualité, David Cameron a dit 
préparer la renégociation de l'adhésion britannique et le 
référendum. 
    "L'administration travaille à m'aider à tenir mes promesses 
sur ces deux points. Si nous n'y parvenons pas et qu'il nous 
faut prendre une nouvelle position, alors ce sera une nouvelle 
situation", a-t-il dit. 
    Cameron, qui s'est rendu en Allemagne et en Hongrie la 
semaine passée pour plaider en faveur des réformes qu'il 
réclame, s'est dit confiant de pouvoir parvenir à un accord sur 
la question la plus épineuse de ces exigences, celle d'une 
limite des prestations sociales versées aux migrants européens 
vivant en Grande-Bretagne. 
    Il s'est également dit confiant dans la possibilité de 
conclure un accord avec ses partenaires lors du Conseil de 
l'Europe de février. Le référendum pourrait alors être organisé 
quatre mois plus tard. 
    Si l'accord n'est pas conclu le mois prochain, le référendum 
pourrait être repoussé à septembre ou "plus tard", a précisé le 
chef du gouvernement britannique. 
     
     
 
 (Kylie MacLellan; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant