GB/Banques-Les besoins de fonds propres relevés de £11,4 mds par la BoE

le
0
    LONDRES, 27 juin (Reuters) - Les banques britanniques 
pourraient devoir augmenter leurs fonds propres de 11,4 
milliards de livres sterling (12,9 milliards d'euros) après la 
décision de la Banque d'Angleterre (BoE) de relever ses 
exigences destinées à prévenir une distribution de crédit trop 
lâche.  
   La BoE avait précédemment renoncé à une hausse de cette 
surcharge de fonds propres, connue sous le nom de coussin de 
fonds propres contra-cycliques (CCB), en raison de ses craintes 
d'un durcissement des conditions de crédit après le vote 
britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE) en 
juin 2016.  
    L'économie britannique s'est toutefois mieux comportée 
qu'attendu depuis le vote en dépit de récents signes de 
ralentissement et certains des responsables monétaires de la BoE 
se sont déclarés en faveur d'une hausse des taux.  
    Le Comité de politique financière de la BoE, distinct de son 
Comité de politique monétaire, a estimé mardi que les risques 
pour la stabilité financière étaient à un niveau "normal" et a 
dit s'inquiéter de l'importance exagérée que les banques 
accordent à leur faible niveau récent de pertes sur créances, 
qui ne peut résulter que des conditions favorables actuelles.  
    "Comme c'est souvent le cas dans un environnement normal, il 
y a des poches de risques qui justifient d'être vigilants", a 
dit la BoE.  
    Elle a ajouté qu'elle continuait de superviser les 
préparations des banques en vue du Brexit, y compris en cas de 
divorce entre la Grande-Bretagne et l'UE sans accord commercial 
de substitution, qui pourrait menacer la stabilité financière.  
    "C'est dans de tels scénarios que la préparation et les 
plans d'urgence seront les plus utiles", a prévenu la BoE.  
    La banque centrale a dit qu'elle relevait le CCB à 0,5% 
contre 0% actuellement, avec une période de mise en oeuvre d'un 
an, et qu'elle prévoyait de le porter à 1% en novembre.  
    Chaque relèvement de 0,5 point de pourcentage du CCB 
représente l'équivalent de 5,7 milliards de livres de besoins de 
fonds propres pour les banques dans leur ensemble mais beaucoup 
d'entre elles détiennent déjà des fonds propres excédentaires 
par rapport aux exigences minimales et ne devraient donc pas 
avoir à lever de capitaux supplémentaires.  
    La BoE a dit que les régulateurs britanniques allaient 
durcir les règles concernant les prêts à la consommation le mois 
prochain et que les contrôles sur la capacité des banques à 
faire face à des pertes sur cette catégorie de crédits seraient 
avancés de deux mois et réalisés en septembre.  
    La banque centrale a ajouté que certains des risques globaux 
qu'elle avait précédemment identifiés ne s'étaient pas 
matérialisés mais elle a mis en garde, en particulier, contre 
ceux émanant de Chine, où le crédit au secteur privé représente 
désormais deux fois et demi le produit intérieur brut du pays.  
    "Le niveau élevé de l'endettement rend la Chine vulnérable à 
des chocs. Cela pourrait affecter l'économie mondiale et les 
banques britanniques." 
    La BoE a aussi estimé que les obligations d'entreprise et 
l'immobilier commercial pourraient être surévalués.  
    Le comité de politique financière a aussi relevé le ratio de 
levier des banques de 3% à 3,25% pour tenir compte de 
l'exclusion depuis l'année dernière des réserves constituées par 
les banques auprès de la banque centrale dans le calcul du 
capital.  
 
 (David Milliken et Huw Jones, Marc Joanny pour le service 
français, édité par Bertrand Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant