Gazprom, Total, Statoil vont remettre à plat le projet Shtokman

le
0

par Olesya Astakhova

MOSCOU (Reuters) - Le consortium conduit par le russe Gazprom pour développer le champ gazier géant de Shtokman, dans l'Arctique, annoncera en juin une remise à plat de ce projet, qui accuse déjà plusieurs années de retard, a-t-on appris de plusieurs sources au sein du consortium, du secteur et des autorités russes.

Gazprom et ses alliés dans ce projet, parmi lesquels figurent le français Total et le norvégien Statoil, envisagent de renoncer à faire transiter le gaz de Shtokman vers l'Europe par des gazoducs, au profit de la production de gaz naturel liquéfié (GNL), ont expliqué les sources.

Elles ont précisé qu'aucune décision sur ce point n'avait été adoptée pour l'instant, mais plusieurs sources ont déclaré que le consortium avait annulé tous les appels d'offres déjà lancés pour la construction.

Une refonte du projet pourrait se traduire par un retard dans la mise en production du champ, prévue actuellement pour 2016.

"Pour l'instant, la configuration technique du projet ne convient à aucun des actionnaires, donc ils ne sont pas prêts à prendre une décision définitive d'investissement", a dit une source du consortium.

La signature d'un nouvel accord pourrait intervenir lors d'une réunion d'investisseurs à Saint-Pétersbourg en juin, a-t-elle ajouté.

"Après cela, une année pourrait être nécessaire avant une décision définitive d'investissement. Ils ont besoin de temps pour lancer les nouveaux appels d'offres et trouver de nouveaux équipementiers."

Melissa Akin et Olesya Astakhova, Marc Angrand pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant