Gaza : un cessez-le-feu suspendu au bon vouloir du Hamas

le
0
DÉCRYPTAGE - Si Benyamin Nétanyahou sort renforcé de sa gestion de la crise, le Hamas a marqué des points politiques et bénéficie du soutien de l'Égypte et du Qatar.

Succès militaire, l'opération «Pilier de défense» aurait, si l'on en croit les analystes politiques, «renforcé» Benyamin Nétanyahou à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, et ce à quelques semaines seulement des élections. Pourtant considéré comme un dur du Likoud, le premier ministre a prouvé, selon eux, qu'il savait faire preuve de modération.

Son prédécesseur Ehoud Olmert, membre du parti Kadima, avait lancé deux guerres, beaucoup plus violentes, lorsqu'il était au pouvoir: le Liban en 2006 et Gaza en 2008. Au regard de ce bilan, la retenue dont Benyamin Nétanyahou a fait preuve, sa résistance aux pressions de ceux qui lui demandaient d'intervenir plus tôt et plus fort, est remarquée même par la gauche israélienne. «Le premier avait voulu détruire le Hamas. Le second a su s'imposer u...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant