Gaza : trois importants commandants du Hamas tués par l'armée israélienne

le
0
Gaza : trois importants commandants du Hamas tués par l'armée israélienne
Gaza : trois importants commandants du Hamas tués par l'armée israélienne

Ils figuraient dans la liste noire des «cinq terroristes du Hamas les plus recherchées à Gaza» par Israël. Trois commandants des Brigades Ezzedine Al-Qassam, la branche armée du mouvement islamiste, ont été tués lors d'un raid aérien sur Rafah dans le sud de la bande de Gaza, ce jeudi. 

Ce jeudi après-midi, la présence massive de Palestiniens dans les rues de Rafah, pour les funérailles des trois leaders, témoignait de leur popularité. Sous les drapeaux aux couleurs du mouvement, la foule scandait «Dieu est grand». «L'assassinat des dirigeants est un crime qui ne brisera pas notre détermination, ni n'affaiblira notre résistance, mais dont Israël devra payer le prix», a prévenu un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri. 

Les disparus, Raëd al-Atar, Mohammed Abou Chamala et Mohammed Barhoum, ont tenu une place importante dans l'évolution du mouvement islamiste terroriste. Pour Tsahal, cette attaque est une victoire et porte un coup sévère au Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

VIDEO. Chefs du Hamas tués à Gaza : «Aucune conséquence» sur la résistance

Mohammed Abou Chamala, l'«architecte» de l'enlèvement de Shalit

Mohammed Abou Chamala était le commandant général de la zone sud des Brigades Al-Qassam. Selon son oncle, interrogé après son décès, l'homme était «l'un des héros de la révolution des pierres» (Intifada). Le Palestinien avait fait ses premières armes dans les années 1990, au sein de la branche armée du Hamas.

Selon Israël, Mohammed Abou Chamala était également un décisionnaire impliqué dans une série d'attaques ayant tué 9 soldats israéliens entre 1994 et 2008. Le Shin Beth (service de sécurité israélien) le désigne comme «l'un des architectes» de la capture en 2006 du soldat israélien Gilad Shalit au terminal frontalier de Kerem Shalom (sud de la bande de Gaza) qui avait été libéré cinq ans plus tard en échange de plus d'un millier de prisonniers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant